Chimioprévention du paludisme saisonnier : la campagne 2019 vise 351294 enfants à Diourbel (PNLP)
APS
SENEGAL-SANTE

Chimioprévention du paludisme saisonnier : la campagne 2019 vise 351294 enfants à Diourbel (PNLP)

Diourbel, 23 juil (APS) - La chimioprévention du paludisme saisonnier (CPS), consistant en un cycle de traitement complet par la sulfadoxinepyriméthamine (SP) et l’amodiaquine (AQ), cible 35.1294 enfants dans la région de Diourbel, pour le compte de la campagne 2019, a annoncé mardi le coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), le docteur Doudou Sène.

"La campagne de la CPS 2019 cible dans la région de Diourbel 351294 enfants dont 79116 pour le district de Diourbel et 272178 pour le district de Touba", a-t-il dit au cours d’un comité régional de développement (CRD) sur la stratégie de la chimioprévention du paludisme saisonnier (CPS) qui concerne les enfants dont l’âge est compris entre 3 mois et 10 ans.
 
La campagne cible au total 1.394.133 enfants à l’échelle du territoire national, à travers 19 districts sanitaires de 6 régions médicales que sont Kédougou (3 districts), Tamba (7 districts), Kolda (3 districts), Sédhiou (3 districts), Kaolack (1 district) et Diourbel (2 districts).
 
Selon le coordonnateur du PNLP, "vu la répartition des cas de paludisme à travers le pays, la région de Diourbel et particulièrement la commune de Diourbel et le district de Touba constituent un lourd fardeau dans la zone centre".
 
Il rappelle que la CPS est une stratégie qui vient en complément des autres stratégies déployées par le ministère de la Santé et de l’Action sociale à travers le pays.
 
Il s’agit de l’administration de médicaments sulfadoxinepyriméthamine (SP) et l’amodiaquine (AQ) chez les enfants de 3 mois à 10 ans, une stratégie "qu’on a l’habitude d’implémenter dans les régions sud depuis les années 2013", a expliqué M. Sène.
 
Pour mener à bien cette campagne, plus de 3000 relais ont été mobilisés dans le cadre du volet sensibilisation, pour les trois jours de passage dans la région de Diourbel, a indiqué docteur Sène, précisant que le premier passage est prévu du 28 juillet au 31 juillet.
 
"Une enveloppe 150 millions de francs CFA va être mise en place à Diourbel pour la prise en charge non seulement des relais mais aussi des formations parce qu’il est nécessaire de former les agents pour aller administrer ces médicaments", a-t-il expliqué.
 
Il s’agira également d’identifier les cas d’effets secondaires pour une prise en charge rapide au niveau des structures de santé, a poursuivi le coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP).
 
 
 
 
 

FD/BK/ADL