L’OMS fait de la CSU
APS
MONDE-SANTE

L’OMS fait de la CSU "la clé de son succès" pour les prochaines années (directeur)

   De l’envoyée spéciale de l’APS : Adama Diouf Ly


Genève (Suisse), 21 mai (APS) - La Couverture sanitaire universelle (CSU) représente la "base du succès" pour une Organisation mondiale de la Santé (OMS) plus forte, a déclaré, lundi à Genève (Suisse), le directeur général de l’OMS, Dr Pedros Adhanom Ghbreyesus. 
 

Pedros Adhanom Ghbreyesus qui a invité les gouvernements à "joindre l’acte à la parole" a souligné que "tous les chemins doivent mener à la couverture sanitaire universelle".

Le Conseil exécutif de l’OMS a lancé en janvier dernier un défi aux pays membres de prendre trois mesures "concrètes" en faveur de la CSU, a rappelé Dr Ghbreyesus à la tribune de la 71e Assemblée mondiale de la santé ouverte lundi au Palais des Nations de Genève (Suisse).

"Les investissements dans les systèmes fondés sur les soins de santé primaires sont essentiels pour arriver à un bien être pour tous et à toutes les étapes de la vie", a-t-il dit devant les délégués de nombreux pays venus prendre part à la rencontre.
 
"Bien sûr beaucoup de vos pays ont déjà un système très solide, d’autres ont pris des mesures importantes récemment pour s’engager en faveur de la CSU mais il n’y a pas de système parfait on peut toujours l’améliorer avec toujours de nouvelles difficultés qui nécessitent des solutions", a relevé Dr Ghbreyesus.
 
La CSU "nécessite une forte volonté politique et une soigneuse planification", a-t-il ajouté avant d’inviter les pays à "être pro-actifs et même agressifs" et veiller à ce que les populations aient accès à moindre coût aux soins de santé dont elles ont besoin.
 
L’OMS s’engage ainsi à accompagner les Etats qui ont des expériences à partager et des leçons à tirer dans la réalisation de la CSU. 

Pour sa part, le ministre français des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzin a laissé entendre que "tous les représentants des Etats présents à l’Assemblée se sont engagés à atteindre la couverture universelle", appelant l’OMS à assurer le rôle de coordonnateur en la matière.

En France, a-t-elle souligné, "la CSU constitue le socle de la cohésion sociale". 
 
Il s’agit pour l’OMS de promouvoir la santé pour mettre le monde dans des conditions de sureté, de préserver des vies des populations avec l’objectif du "triple milliard". Un milliard de plus bénéficiant de la CSU, un milliard de plus de populations qui ne souffrent pas de situations d’urgence et un milliard de personnes en plus qui jouit d’une meilleure santé.
 
A la tête de la délégation sénégalaise à Genève, le ministre de la Santé et de l’Action sociale prendra parole à la tribune du Palais des Nations, mardi au deuxième jour des travaux de l’Assemblée mondiale de la Santé, pour une déclaration sur la CSU au nom de ses pairs africains.
 

ADL/PON