L’OMS annonce le début de la vaccination contre le virus Ebola en RDC
APS
MONDE-SANTE

L’OMS annonce le début de la vaccination contre le virus Ebola en RDC

   De l’envoyée spéciale de l’APS : Adama Diouf Ly


Genève (Suisse), 21 mai (APS) - Le directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Dr Pedros Adhanom Ghbreyesus a annoncé pour ce lundi le début de la vaccination contre le virus Ebola en République démocratique du Congo.
 
 
"Je peux affirmer avec satisfaction que la vaccination contre le virus Ebola a commencé aujourd’hui même en RDC", a dit Dr Pedros Adhanom Ghbreyesus à la réunion de haut niveau précédant l’ouverture de la 71e l’Assemblée générale mondiale de la santé prévue dans l’après midi au Palais des Nations, à Genève (Suisse). 

Il prononçait à cet effet sa première allocution en tant que Directeur Général de l’Organisation mondiale de la Santé.
 
Dr Pedros Adhanom Ghbreyesus qui s’était rendu dans un hôpital où on traitait des malades d’Ebola a remercié le personnel de l’OMS qui travaille sans relâche pour mettre un terme à l’épidémie Ebola en RDC. 
 
"Ebola n’a pas été déclaré d’urgence de santé publique nationale en RDC même si la situation restait préoccupante avec des cas signalés dans un centre urbain. Aujourd’hui nous sommes bien placé pour faire face à l’épidémie que nous ne l’étions en 2014", a-t-il assuré.
 
C’est pourquoi, a-t-il dit, le ministre de la Santé de la RDC n’a pas pu prendre part à l’Assemblée mondiale de la Santé car il participe à cet effort de vaccination. 
 
Il s’est dit fier de la façon dont l’OMS a répondu à cette épidémie à la fois au siège, au bureau régional Afrique et dans les bureaux Pays et les partenaires dont la Croix Rouge, l’UNICEF, Médecins sans frontières qui ont répondu rapidement.

Pour le directeur général de l’OMS, "la question de la sécurité et de la couverture sanitaire universelle sont deux faces de la même médaille".
 
"Nous pouvons prévenir les flambées épidémiques futures en renforçant les systèmes de santé dans tous les pays", a dit Dr Ghbreyesus devant les délégués des pays membres de l’OMS, des experts et de nombreux journalistes venus couvrir l’événement. 
 
Il est également primordial, a-t-il relevé, de se souvenir des enjeux à relever dans leur travail de tous les jours et avoir ce sentiment d’urgence car "tout temps perdu risquera d’entraîner des décès".
 
Raison pour laquelle l’OMS a mis en place une Commission de haut niveau sur les maladies non transmissibles pour mettre un terme aux décès prématurés de millions de personnes a dit Pedros Adhanom Ghbreyesus.

En outre, le directeur général de l’OMS a fait part du lancement de l’Initiative sur le changement climatique et la Santé dans les Etats insulaires en développement.
 
Prononçant l’allocution d’ouverture en tant que Président en exercice de l’Union africaine (UA), le chef de l’Etat du Rwanda, Paul Kagamé a souligné que "la santé est le bien le plus cher qu’il faut chérir". 
 
L’Organisation chargée de défendre 7 milliards de personnes a donc "une responsabilité immense et doit d’être à la hauteur" a-t-il dit. 
 
Le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr prend part à cette 71e Assemblée mondiale de la Santé qui prend fin samedi. Il est à la tête d’une délégation composée des différents directeurs de son département ministériel.

 

ADL/PON