L’hypertension et le diabète, premières causes de décès à Kaffrine (médecin-chef)
APS
SENEGAL-SANTE

L’hypertension et le diabète, premières causes de décès à Kaffrine (médecin-chef)

Kaffrine, 21 mars (APS) - Le médecin-chef de la région médicale de Kaffrine (centre), docteur Mamadou Moustapha Diop, a indiqué que l’hypertension artérielle et le diabète représentent les premières causes de décès dans le Ndoucoumane. 

"Nous avons réglé la phase des maladies infectieuses dans la région de Kaffrine. Et, aujourd’hui, nous sommes à l’ère des maladies chroniques. Et si nous faisons l’état des lieux, les premières causes des décès à Kaffrine sont représentées par l’hypertension artérielle et le diabète", a révélé docteur Diop.
 
Il s’exprimait, mercredi, en marge d’un atelier de partage consacré à la revue annuelle conjointe des résultats de la santé et de l’action sociale pour l’année 2017 à Kaffrine.
 
Cette rencontre a été présidée par le gouverneur de Kaffrine, Jean Baptiste Coly, en présence des autorités administratives, des chefs de services régionaux, des élus locaux et des acteurs de la santé.
 
Selon le médecin-chef de région, l’hypertension artérielle et le diabète sont en train de prendre des proportions assez importantes dans la région de Kaffrine.
 
"Nous lançons un appel aux partenaires d’investir aussi sur ces chantiers. Car aujourd’hui nous avons comme l’impression que nous avons une transition épidémiologique", a-t-il souligné.
 
"Quand nous avons fait l’état des lieux, a ajouté docteur Diop, sur les dix premières maladies, nous avons vu que les premières sont les infections respiratoires .Mais l’hypertension artérielle constitue le cinquième motif d’hospitalisation sur les dix".
 
"Nous devons porter notre attention et nos actions sur ces maladies que représentent l’hypertension et le diabète mais également sur le cancer", a-t-il insisté.
 
Selon lui, la région de Karine est aussi une région où le cancer commence à constituer un problème. "En 2107, a-t-il révélé, nous avons recensé 174 cas dont la moitié est représentée par le cancer gynécologique".
 
"Nous avons plaidé en vue de former nos sages-femmes sur le dépistage du cancer du sein et du col mais également de demander aux hommes de faire le dépistage du cancer de la prostate", a-t-il dit.
 
Aujourd’hui, a fait observer, docteur Diop, pour ce qui est de la vaccination, du paludisme et de la santé de la mère et de l’enfant, la région de Kaffrine a fait d’énormes progrès selon lui. 
 
"Nous avons amélioré sensiblement les indicateurs entre 2016 et 2017", s’est-il félicité.
 


MNF/MD/BK