Coronavirus : un co-voyageur du 1er patient sous surveillance à Kaolack
APS
SENEGAL-SANTE

Coronavirus : un co-voyageur du 1er patient sous surveillance à Kaolack

Kaolack, 5 mars (APS) – L’un des passagers ayant voyagé à bord du même vol que le premier patient testé positif au coronavirus au Sénégal fait l’objet d’un suivi à l’Hôpital El Hadj Ibrahima Niass de Kaolack, où il s’est présenté ce jeudi pour des maux de tête, mais sans aucun autre symptôme lié à la maladie.
 
"Ce matin, un patient sénégalais dans la soixantaine, qui faisait partie du vol air Sénégal du 26 février, a été reçu à l’hôpital. Il se plaint de maux de tête et il est venu de lui-même. On est en train de le suivre, de le surveiller et nous prenons toutes les mesures nécessaires pour les prélèvements’’, a indiqué Dr Kalidou Ly, président de la commission médicale de cet hôpital.
 
 ‘’S’il est nécessaire de le maintenir sous surveillance, on le fera", a-t-il ajouté lors d’une rencontre avec la presse.
 
Le Dr Ly précise néanmoins qu’il est prématuré, à l’heure actuelle, d’avancer que ‘’c’est un cas suspect car il ne présente pas beaucoup de signes’’. Selon lui, ‘’il n’a même pas de fièvre’’, même s’il a ‘’pris des médicaments contre la fièvre’’. 
‘’On va le garder en observation pour voir l’évolution de son cas", a-t-il poursuivi.
"En dehors de ça, nous avons mis en place un circuit bien défini et un site qui est dédié aux malades suspectés pour pouvoir faire les mesures d’usage, les mesures d’isolement, les mesures de prélèvement, avec toutes les mesures sécuritaires pour les personnes qui seraient en charge des cas suspects", a-t-il ajouté.
 
Il affirme que "dans un contexte très particulier où le coronavirus est une réalité au Sénégal et avec le magal de Porokhane’’, l’hôpital était dans l’obligation ‘’de mettre en place’’ ‘’tous [ses] moyens et tout le dispositif nécessaire pour prévenir ce qui était une épidémie et qui tend à devenir une pandémie".
 
Il a informé que l’hôpital a pris ‘’un ensemble de mesures préventives’’, à travers notamment ‘’une prévention primaire et une prévention secondaire pour parer à toute éventualité’’. Il y a par ailleurs des thermoflash au niveau de l’entrée de l’hôpital pour détecter tous les cas de fièvre. 
 
"Naturellement, tous les cas de fièvre ne sont pas suspects, mais dès qu’il y a un cas de fièvre, il y a lieu de s’arrêter et de regarder un peu plus près’’, a-t-il précisé.
 
Il signale en outre ‘’un ensemble de mesures d’hygiène’’, comme le ‘’système de lavage de main qui est un peu éparpillé dans l’hôpital’’, espérant que cela incitera les populations à cultiver ce réflexe.
 

AFD/AMD/ASG/MD