District de Kaolack : 3764 filles vaccinées contre le cancer du col de l’utérus
APS
SENEGAL-SANTE

District de Kaolack : 3764 filles vaccinées contre le cancer du col de l’utérus

Kaolack, 28 oct (APS) - Le médecin-chef du district sanitaire de Kaolack (centre), docteur Niéne Seck, a fait état de la vaccination contre le cancer du col de l’utérus de 3764 filles de moins de neuf ans dans sa zone de compétence, de janvier à septembre, soit 79,34 pour cent d’une cible annuelle de 4744 filles.
 
"Le vaccin contre le cancer du col de l’utérus est maintenant bien intégré dans les activités de vaccination au niveau des postes de santé du district sanitaire de Kaolack’’, a-t-il souligné lundi dans un entretien avec l’APS.
 
Selon lui, avant les opérations de vaccination, des acteurs dont les médecins, les sages-femmes et les infirmiers avaient bénéficié d’une formation, mais aussi ceux du niveau communautaire, relativement au volet communication et sensibilisation.
 
Toutefois, il rappelle que "le contexte dans lequel le vaccin a été introduit a coïncidé avec un mouvement d’humeur dans le secteur de la santé mais depuis que le mot d’ordre a été levé, toutes les structures de santé du district ont démarré leur vaccination"
 
"Nous sommes surtout en collaboration avec le secteur de l’éducation car la majeure partie de la cible se trouve dans les écoles", a-t-il ajouté. 
 
Docteur Seck est revenu sur les contraintes et difficultés rencontrées dans le processus dont la réticence des parents consécutive ‘’à certaines rumeurs qui semaient le doute dans l’esprit des parents mais finalement dissipé" 
 
"Aussi, comme tout nouveau vaccin, l’intégration peut prendre du temps avec quelques difficultés de collaboration avec certains directeurs d’école qui refusaient l’accès des infirmiers aux enfants, sans l’autorisation des parents. Mais on a tenu une réunion avec les acteurs de l’éducation et la contrainte a été levée", a expliqué le médecin-chef.
 
Il précise aussi qu’un large mouvement de sensibilisation et de communication sur le vaccin a été initié "avec une communication soutenue et de manière continue pour mieux informer la population sur le bien fait du vaccin".
 
"J’invite les parents à avoir le réflexe d’amener leurs filles de 9 ans dans les postes de santé pour se faire vacciner, comme ils ont l’habitude de le faire avec les bébés. Cela nous permettra de mieux intégrer la cible communautaire", a-t-il plaidé.
 
 
 


AFD/AMD/MD/BK