Kaffrine enregistre un
APS
SENEGAL-SANTE

Kaffrine enregistre un "faible" taux de 6,7% dans le dispositif de lavage des mains (UNICEF)


Kaffrine, 15 oct (APS) – La région de Kaffrine a enregistré, en 2016, un taux de 6,7% dans le dispositif de lavage des mains a révélé, dimanche, le responsable Eau, Hygiène et Assainissement au Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), Racine Kane.


"En 2016, une enquête a montré que la région de Kaffrine a un taux de 6,7% dans le dispositif de lavage des mains. Et, dans la zone nord, le taux est de 4%. Les taux dans le dispositif de lavage des mains sont encore très faibles dans les zones centre et nord", a déploré M. Kane.


Il s’exprimait en marge de la journée mondiale de lavage des mains organisée par la brigade régionale de l’hygiène de Kaffrine en collaboration avec l’UNICEF.


Cette journée organisée cette année sur le thème : "nos mains, notre avenir", a été présidée par l’adjoint au gouverneur de Kaffrine chargé des affaires administratives, Ousseynou Mbaye.


"Même si le lavage des mains est une pratique répandue au Sénégal, son application pendant les moments critiques est rarement observée", a-t-il fait remarquer, relevant que la zone ouest et sud enregistrent des taux respectifs de 22,9% et 17, 6% dans le dispositif de lavage des mains.


"Malgré les nombreuses campagnes de sensibilisation menées pour juguler des épidémies récurrentes et cultiver le réflexe du lavage des mains au savon, les résultats escomptés n’ont pas toujours été atteints dans le monde", a encore déploré Racine Kane.


Dans le monde, "environ 35% des hôpitaux et de centres de santé n’ont pas accès à des dispositifs de lavage des mains" a-t-il dit, faisant remarquer que "19% de ces hôpitaux n’ont pas de toilettes".


"Il est donc urgent de faire passer le lavage des mains avec du savon d’une bonne idée abstraite en comportement automatique", a-t-il appelé.


Pour lui, la malnutrition qui sévit dans certaines régions du Sénégal constitue un motif supplémentaire pour intensifier les actions de sensibilisation de lavage des mains dans les écoles, dans les daraas, dans les lieux de rassemblement et dans les familles.


"Le lavage des mains est la première priorité en matière d’hygiène pour améliorer les résultats au niveau de la santé", a estimé M. Kane qui rapporte que "des études ont montré qu’un gramme de sel contient environ dix millions de virus et un million de bactéries". 


"Cela veut dire que la main constitue un danger avec lequel on doit faire attention. Le lavage des mains au moment critique permet de réduire de 50% le nombre de décès dus à la diarrhée et 25% le nombre de décès dus à des infections respiratoires aigus", a-t-il dit.


Le chef de la brigade régionale de l’hygiène de Kaffrine, capitaine Idrissa Diallo a, pour sa part, soutenu que le lavage des mains est "un geste sain qui doit être ancré dans nos habitudes".


"Il doit être systématique à travers toute forme de sortie que la personne peut faire", a indiqué le capitaine Diallo.


L’adjoint au gouverneur de Kaffrine, Ousseynou Mbaye a, lui, appelé les acteurs de l’école à faire la promotion du lavage des mains au sein des établissements scolaires.


"Nous devons tout faire avec les services de santé et éducatifs pour rehausser ce taux pour pouvoir installer de manière durable ce réflexe du lavage des mains au sein de nos familles", a-t-il appelé.

MNF/PON