Journée mondiale de lutte contre la tuberculose : Abdoulaye Diouf Sarr  attendu à Touba, demain
APS
SENEGAL-SANTE

Journée mondiale de lutte contre la tuberculose : Abdoulaye Diouf Sarr attendu à Touba, demain

Touba, 23 mars (APS) - Le ministre de la santé et de l’action sociale Abdoulaye Diouf Sarr préside Samedi, à Touba, la cérémonie de mobilisation sociale consacrée à l’édition 2018 de la journée mondiale de lutte contre la tuberculose, a appris l’APS.

Les organisateurs et le personnel de la région médicale et du district sanitaire de Touba multiplient depuis quelques jours les réunions et autres séances de travail pour réussir cette activité.

« Ce choix nous honore d’autant plus que cela nous permettra de mobiliser tous les acteurs autour de la lutte contre la tuberculose et de faire de cette lutte un succès à tout point de vue », a déclaré Dr Mamadou Dieng, médecin-chef du district de Touba.

Au cours d’un entretien avec la presse, il a surtout insisté sur la mobilisation des leaders et des solutions préconisées pour donner aux populations le message en vue d’une meilleure compréhension de la maladie.

Abordant le thème : « les leaders s’engagent », il a indiqué que ce n’est pas seulement un plaidoyer en direction de ces leaders mais aussi un moment pour mobiliser l’ensemble des segments de la communauté afin d’intensifier la lutte contre la tuberculose et freiner sa transmission.

De même, le médecin-chef de la région de Diourbel, Dr Balla Mbacké Mboup a souligné que : « les autorités administratives ont été sensibilisées à la lutte contre la tuberculose et tous les secteurs, dans une approche multisectorielle, ont été mobilisés pour développer des actions de prévention de la tuberculose ».

Dr Mboup a révélé que la région de Diourbel fait partie des six régions à forte charge de notification avec 64%, soit 86 cas pour 100.000 habitants. 

‘’En 2017, il y’a eu 506 cas attendus qu’on n’a pas retrouvés et un taux de décès de 20%’’, a-t-il souligné.

Selon Dr Dieng, médecin-chef du district de Touba, la prévalence de cette maladie et les niveaux de transmission sont un peu plus élevés par rapport aux autres localités du pays.

Il a signalé que les taux de dépistage sont un peu faibles par rapport aux cas attendus.

« Ceci est lié à des problèmes de communication et d’information et surtout à la forte présence de tradipraticiens et pharmacies illégales qui délivrent des traitements qui font que certains malades ne viennent pas précocement pour se faire dépister ».

Dr Dieng a rappelé que du point de vue du diagnostic, le ministère a renforcé le plateau de Touba avec l’avènement de quatre nouveaux centres de santé où seront implantés des laboratoires pour faciliter l’accès et permettre de faire le diagnostic biologique mais aussi le suivi des cas qui sont sous traitement.
 
 
 
 


ID/MD