Une convention signée pour favoriser une nouvelle approche de prise en charge du diabète
APS
SENEGAL-SANTE

Une convention signée pour favoriser une nouvelle approche de prise en charge du diabète

Dakar, 13 juil (APS) – La signature d’une nouvelle convention liant le ministère de la Santé aux laboratoires Novo consacre une transition vers une approche globale et pluridisciplinaire de prise en charge du diabète dénommée ‘’Initiative iCare’’, a souligné mardi Abdoulaye Diouf Sarr.

Il s’agit d’une initiative visant à améliorer l’accès à des soins pour les enfants atteints de diabète de type 1 et les personnes issues des couches les plus vulnérables, la formation du personnel de santé dans la prise en charge, a notamment expliqué.

Diouf Sarr a signé mardi au siège de son département ministériel une convention de partenariat avec le Directeur Afrique Francophone de l’Ouest et du Centre des Laboratoires Novo Nordisk, Ibrahim Bakayoko, dans le cadre de la lutte contre les maladies non transmissibles en général et le diabète en particulier.

Novo Nordisk, à travers sa dimension de responsabilité sociétale, met en œuvre depuis 2017, deux projets qui viennent renforcer la décentralisation de la prise en charge de qualité du diabète, a rappelé le ministre de la santé.

Il a cité les projets d’amélioration de la prise en charge du diabète de type 1 et de renforcement du système de santé pour une réponse appropriée au diabète de type 2.

’’Ces projets constituent des réponses aux besoins non satisfaits afin de promouvoir des soins de type 2 dans les régions de Kaolack et Diourbel, et l’installation de sites de prise en charge du diabète de type 1 dans toutes les régions du Sénégal’’, a-t-il ajouté.

Il a insisté sur le fait que ces interventions amélioreront davantage l’accès aux soins de qualité pour les patients diabétiques conformément aux instructions du gouvernement relatif à l’équité sociale et territoriale dans la mise en œuvre des politiques publiques.

’’Avec environ 19 millions de personnes vivant avec le diabète dans le monde, les laboratoires se sont engagés dans le traitement des patients issus des couches les plus vulnérables à revenus faibles et les enfants’’, a dit son Directeur Afrique Francophone de l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Au Sénégal, le programme qui vient d’être renouvelé a permis depuis 2017 d’aménager 22 unités de prise en charge du diabète de l’enfant, de former 232 professionnels de santé dans la prise en charge du diabète de l’enfant d’enrôler 784 enfants atteints de diabète de type 1 et de leur fournir de l’insuline ainsi que du matériel de diagnostic et de suivi, a fait valoir Ibrahima Bakayoko.

’’Nous comptons poursuivre nos efforts à travers l’extension du projet qui a permis la formation de médecins, de pharmaciens et infirmiers sur la prise en charge du diabète de l’enfant, l’accessibilité au traitement avec des coûts sociaux, l’optimisation de la chaine d’approvisionnement à travers la simplification du processus de distribution et de conservation de l’insuline très déterminant dans la qualité du traitement.’’, a-t-il indiqué.

Par ailleurs, il sera également question, dans le cadre de ce partenariat, de l’autonomisation des personnes vivant avec le diabète à travers la mise en place de programmes d’accompagnement des patients en termes d’éducation et d’auto-prise en charge de leur maladie.

ADL/AKS/OID