Abdoulaye Diouf Sarr veut installer les hôpitaux sur ’’l’orbite de l’obligation de résultats’’
APS
SENEGAL-SANTE-PERSPECTIVES

Abdoulaye Diouf Sarr veut installer les hôpitaux sur ’’l’orbite de l’obligation de résultats’’

Thiès, 15 oct (APS) - ’’L’obligation de résultats’’ doit être désormais au coeur de la gouvernance hospitalière, a estimé, jeudi à Thiès, le ministre de la Santé et de l’Action sociale Abdoulaye Diouf Sarr.
 
’’Le message important que je lance, c’est que par rapport à l’hôpital de manière générale, il faut véritablement décréter la mort de l’obligation de moyens pour les managers et les directeurs d’hôpital, a dit M. Sarr. L’obligation que ces managers et ces directeurs ont, c’est l’obligation de résultats’’.
 
Abdoulaye Diouf Sarr s’adressait à la presse, après avoir présidé l’ouverture, dans un hôtel de Thiès, de la troisième réunion de coordination, à laquelle prennent part tous les directeurs d’hôpitaux du pays.
 
’’Cela me paraît important à noter, et l’instruction que je donne à Mme la directrice générale des Etablissements de Santé, c’est d’être dans une perspective d’évaluation permanente, tirer des leçons et des conclusions et installer désormais le management et la gouvernance hospitalière sur l’orbite du paradigme de l’obligation de résultats’’.
 
Pour le ministre de la Santé, les ressources importantes que le président Macky Sall a décidé de mettre dans le secteur de la santé et de l’action sociale à travers le Plan d’investissement et de réforme pour un système de santé résilient et pérenne, ’’n’apporteront une rentabilité sociale que si elles s’installent dans un écosystème de qualité’’.
 
Pour ce faire, il faut, a-t-il dit de ’’véritables réformes pour l’efficacité et l’efficience du système de santé’’.
 
Les évaluations seront annuelles et les modalités de mise en œuvre seront définies et partagées, a dit lors de la cérémonie M. Sarr. Pour lui, c’est une façon d’introduire le budget programme dans le système hospitalier.
 
Il a relevé que 70% des financements consacrés par le chef de l’Etat au secteur de la santé, concernent les infrastructures et les équipements.
 
Pendant trois jours, les directeurs d’hôpitaux publics et privés du pays aborderont les problématiques de la qualité de la prise en charge, de l’environnement hospitalier, de l’équilibre financier des hôpitaux, sans oublier la nécessité de maintenir la vigilance face à la pandémie de Covid-19, en baisse.
 
 

ADI/OID