Financement du VIH/Sida : Les bailleurs rassurent le CNLS
APS
SENEGAL-SANTE

Financement du VIH/Sida : Les bailleurs rassurent le CNLS

Dakar, 21 sept (APS) – La secrétaire exécutive du Conseil national de lutte contre le Sida (CNLS), docteur Safiatou Thiam, s’est dite rassurée de savoir que le sida reste parmi les priorités de la communauté internationale qui a promis d’octroyer 13 milliards de dollars au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et la malaria.

 
"Je me sens fière et rassurée en tant que Sénégalaise et secrétaire exécutive du CNLS, de voir le chef de l’Etat Macky Sall, jouer de son leadership pour obtenir des bailleurs la promesse d’allouer 13 milliards de dollars au Fonds mondial", a-t-elle dit dans un entretien avec l’APS.
 
Le président Macky Sall a pris part à Montréal (Canada), à la 5-ème Conférence internationale de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le Vih/sida, la tuberculose et le paludisme.
 
Il y a fait un fort plaidoyer qui a abouti à l’engagement "ferme" de la communauté internationale à mobiliser les 13 milliards de dollars américains nécessaires pour vaincre ces trois maladies.
 
Selon la secrétaire exécutive du CNLS, cette promesse des bailleurs au Fonds mondial est très rassurant pour tous les acteurs de la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, lesquels sont engagés à mettre fin à ces trois maladies.
 
"C’est également un défi pour nous les acteurs engagés dans la lutte contre le sida qui devons mobiliser les politiques afin qu’ils plaident pour plus de ressources à allouer dans cette lutte, parce qu’il se dit partout qu’il n’y a pas assez de ressources", a-t-elle souligné.
 
Pour le docteur Safiatou Thiam, il n’y a plus de crainte à se faire quant à voir s’arrêter le financement du Fonds mondial. "Il n’y a plus de doute à se faire, dans la mesure où la santé reste être une priorité des bailleurs et va continuer à mobiliser les partenaires et les ressources", a-t-elle estimé.
 
Pour elle, le défi est d’arriver à atteindre les résultats fixés en faisant reculer les maladies, et surtout, mettre fin au VIH/sida en 2030. A ce propos, elle a jugé que les bailleurs viennent ainsi de poser un acte très fort.
 
"Nous sommes sur la bonne voie et nous sommes confiants qu’avec les efforts fournis par tous les acteurs, nous y parviendrons", a encore soutenu la secrétaire exécutive du CNLS.

LTF/ASG