Fatick : un officiel appelle à lutter contre les préjugés sur la lèpre
APS
SENEGAL-SANTE

Fatick : un officiel appelle à lutter contre les préjugés sur la lèpre



Fatick, 28 jan (APS) - L’adjoint au gouverneur de Fatick chargé des affaires administratives, Magatte Diouck a appelé, vendredi, à combattre les préjugés et les opinions non fondées sur les lépreux. 

 


"Il importe de rompre avec les préjugés, les opinions souvent non fondées et déployer des stratégies de communication et de sensibilisation", a-t-il plaidé à la manifestation célébrant la journée mondiale de la lutte contre la lèpre.

L’officiel a souligné que "la persistance de la transmission et les séquelles invalidantes chez les sujets dépistés nous interpellent à ne pas baisser la garde".


Cela nous exhorte "à renforcer les services afin que l’élimination de la lèpre se traduise par un recul significatif de la transmission et une réduction encore plus notoire du nombre de handicapés de la lèpre", a relevé Magatte Diouck.


L’adjoint du gouverneur de Fatick a en outre invité les acteurs de la lutte contre la maladie "à réfléchir, imaginer et mettre en oeuvre des stratégies novatrices spécifiques à chaque localité pour une plus grande efficacité" de leurs actions.

La 64ème édition de la journée de lutte contre la lèpre est axée cette année sur le thème : "Zéro infirmité des filles et garçons affectés par la lèpre".

Certes le Sénégal a officiellement éliminé la lèpre depuis 1994, mais "dans la réalité la maladie est bel et bien présente au point que la situation commence à inquiéter dans certaines localités du pays où des cas ont été dépistés dans le premier semestre de 2016" a soutenu M. Diouck.


Il a relevé que "le nombre de nouveaux cas de lèpre enregistrés au Sénégal varie entre 200 et 250 ces dernières années".


Pour le chef du service régional de l’Action sociale, Alioune Sène, "On est en phase d’éradication et il y a des poches de résistance négligeables dans la région notamment dans les zones de Sokone, Passy, Fatick, Gossas".

"Huit nouveaux cas ont été détectés dans la région de Fatick notamment chez les jeunes", a dit M. Sène, soutenant que "cela n’est pas très alarmant".


Le chef du service régional de l’Action sociale a appelé à mettre l’accent sur la sensibilisation pour faire face à la maladie et oeuvrer à éviter qu’elle ne laisse des séquelles.


FD/PON