Dakar abrite en avril 2018 une grande conférence sur le paludisme
APS
SENEGAL-SANTE

Dakar abrite en avril 2018 une grande conférence sur le paludisme

+++De l’envoyé spécial de l’APS : Birane Hady Cissé+++
 
Accra (Ghana), 3 juil (APS) - Dakar va accueillir en avril 2018 la plus grande conférence sur le paludisme dénommée "Multireral initiative on Malaria" (MIM), pour ainsi célébrer les succès du Sénégal dans la lutte contre cette maladie, a appris l’APS, lundi.

L’annonce a été faite par le directeur du Malaria research capacity developpement (MARCAD) consortium in West and Central Africa de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar(UCAD), Pr Oumar Gaye.

‘’Le succès du Sénégal dans la lutte contre l’élimination du paludisme a fait qu’il a été choisi pour organiser la plus grande conférence sur le paludisme en 2018’’, a-t-il dit dans un entretien avec l’APS, en marge de la deuxième rencontre annuelle de l’Alliance pour l’accélération de l’excellence en science en Afrique (AESA).
 
Selon le directeur du MARCAD et chef du département de parasitologie de la Faculté de médecine, de pharmacie et d’ondotostomatologie de l’UCAD, le Sénégal a été choisi pour abriter cette rencontre en raison de ses acquis en matière de lutte contre cette maladie.
 
‘’ Le Multireral initiative on Malaria(MIM) se tient tous les quatre ans. Nous avons été choisis à cause des acquis du pays dans la lutte contre le paludisme. La conférence du MIM va se tenir du 15 au 18 avril, au Centre de conférence Abdou Diouf de Diamniadio (CICAD)’’, a précisé le Pr Gaye.

Il a annoncé que près de 3000 participants sont attendus à cette rencontre internationale.
 
‘’Il y a des prix nobles comme Peter Agre, le directeur de l’Alliance pour l’accélération de l’excellence en science en Afrique (AESA), Thomas Kariuki , entre autres, qui sont attendus’’, a fait savoir le directeur du MARCAD.
 
‘’Ça sera un grand moment de célébration des acquis du Sénégal. Ça sera aussi un anniversaire parce que la première édition du MIM s’est tenu, il y a de cela 20 ans. C’est un retour aux racines’’, a souligné le Pr Oumar Gaye.

BHC/ASG