Covid-19 : Josep Borrell invite à combler le fossé mondial en matière de vaccination
APS
MONDE-SANTE-PANDEMIE

Covid-19 : Josep Borrell invite à combler le fossé mondial en matière de vaccination

Dakar, 28 mai (APS) - Le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, appelle à "combler le fossé qui se creuse en matière de vaccination" entre économies avancées et les pays en développement, afin d’éviter un ’’Apartheid vaccinal’’.

"Fin mai 2021, seuls 2,1 % des Africains ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19. Nous devons combler le fossé qui se creuse en matière de vaccination entre les économies avancées et les pays en développement afin d’éviter ce que Tedros Ghebreyesus, le directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé, a qualifié d’+apartheid vaccinal+", dit-il dans une déclaration transmise à l’APS.
 
"C’est à la fois une obligation morale et dans l’intérêt de tous", a souligné Josep Borrell, par ailleurs vice-président de la Commission européenne.
 
Il a fait observer que la pandémie du nouveau coronavirus "continue de tuer des milliers de personnes chaque jour et, au rythme actuel, la population mondiale ne sera pas vaccinée dans son ensemble avant 2023". 
 
Selon Josep Borell, "vacciner très largement" la population mondiale "est le seul moyen de mettre fin à la pandémie. A défaut la multiplication des variants risque de compromettre l’efficacité des vaccins existants".
 
Si le fossé mondial en matière de vaccination "n’est pas comblé, il risque d’inverser la tendance à la baisse de la pauvreté et des inégalités planétaires observée ces dernières décennies", a-t-il prévenu.
 
Il ajoute qu’une telle "dynamique négative freinerait l’activité économique et accroîtrait les tensions géopolitiques", se disant d’avis que pour combler ce fossé, "une action multilatérale étroitement coordonnée est nécessaire" pour faire face "à la double menace que représentent d’un côté la diplomatie des vaccins qui lie la fourniture de vaccins à des objectifs politiques, et de l’autre le nationalisme vaccinal qui consiste à réserver les vaccins pour son seul pays". 
 
Pour ce faire, il recommande aux pays disposant des connaissances et des moyens nécessaires d’augmenter leurs capacités de production, "afin de pouvoir à la fois vacciner leur propre population et exporter davantage de vaccins, comme le fait l’UE" actuellement, en coopération avec les fabricants de vaccins.
 
Cela devait "porter les capacités de production de l’Union à plus de 3 milliards de doses par an d’ici à la fin de 2021", a indiqué Josep Borell. 
 
Il a signalé que les partenaires industriels européens se sont aussi "engagés à fournir avant la fin de 2021 1,3 milliard de doses de vaccins à prix coûtant aux pays à faible revenu et à un prix réduit aux pays à revenu intermédiaire".
 
"Ils se sont également engagés à livrer plus de 1,3 milliard de doses en 2022, dont une grande partie sera distribuée par le dispositif COVAX", a ajouté Josep Borrell.
 
Le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité estime par ailleurs que pour une meilleure effectivité des vaccins, "tous les Etats doivent éviter les mesures restrictives qui perturbent les chaînes d’approvisionnement des fabricants de vaccins dans d’autres pays". 
 
Il a également plaidé pour plus de facilitations dans le transfert de connaissances et de technologies, afin que davantage de pays puissent produire des vaccins.
 
D’après Josep Borell, l’octroi de licences volontaires "est le moyen privilégié de réaliser ces transferts de technologie et de savoir-faire".
 
Il explique que si certains accords en vigueur prévoient déjà la possibilité de licences obligatoires, dont les accords portant sur les aspects des droits de propriété intellectuelle liés au commerce, "le recours à ces mécanismes de flexibilité demeure toutefois trop compliqué et trop lent".
 
Pour pallier cela, il annonce que l’Union européenne présentera une nouvelle proposition dans le cadre de l’Organisation mondiale du Commerce début juin, en vue d’accélérer ces transferts de technologies.
 
Partant de ce qu’il a été admis que le continent africain importe 99 % de ses vaccins, l’équipe Europe a retenu de lancer une initiative avec ses partenaires africains, afin de renforcer les capacités de fabrication de vaccins, de médicaments et de technologies de la santé en Afrique.
 
"Cette initiative bénéficiera d’un financement de 1 milliard d’euros provenant du budget de l’UE et des institutions européennes de financement du développement", a indiqué Josep Borell.
 
"Notre action commune pour combler le fossé mondial en matière de vaccination contre la COVID-19 doit être la première étape sur le chemin de la véritable coopération globale dans le domaine de la santé prévue par la déclaration de Rome adoptée lors du sommet mondial sur la santé", dit-il, relevant que la pandémie de COVID-19 rappelle "combien la santé est un bien public mondial".


MK/BK/ASG