Couverture vaccinale : Le rôle des relais communautaires magnifié par une autorité médicale
APS
SENEGAL-SANTE

Couverture vaccinale : Le rôle des relais communautaires magnifié par une autorité médicale

+++De l’envoyé spécial de l’APS, Abdoulaye Iba Faye+++

Matam, 4 août (APS) – Le médecin-chef de la région médicale de Matam, docteur Aichatou Barry, a magnifié jeudi l’important rôle joué par les relais communautaires qui sont à l’avant-garde dans la sensibilisation pour l’atteinte des objectifs de la couverture vaccinale dans la zone Nord.

 
‘’Ils sont d’une importance capitale dans la sensibilisation des parents sur les bienfaits de la vaccination, sur le respect du calendrier vaccinal et la relance des mères qui sont irrégulières’’, a-t-elle indiqué en s’entretenant mercredi avec des journalistes. 
 
L’Association des journalistes en santé, population et développement (AJSPD), en collaboration avec le Service national d’éducation et d’information sur la santé (SNEIPS), effectue dans certaines régions une visite d’évaluation de terrain sur la couverture vaccinale.
 
D’après docteur Barry, si Matam demeure une région assez particulière avec tout ce que cela comporte comme préjugés, ‘’force est de reconnaître que la vaccination y est bien acceptée sans réticence aucune". Selon elle, "c’est en partie le travail des relais’’.
 
Bien qu’il y ait quelques problèmes de rétention des données dans deux districts, dit-elle, les signaux restent bons concernant le Programme élargi de vaccination (PEV). ‘’Beaucoup d’efforts sont en train d’être fournis par rapport à la vaccination des enfants avec notamment la stratégie avancée intégrée et la stratégie mobile qui permet d’atteindre la cible à vacciner et vivant dans les zones éloignées’’, a-t-elle expliqué.
 
Pour elle, l’impact de la vaccination sur la santé des enfants se mesure à l’aune de la réduction des maladies cibles et de l’amélioration de leur santé de manière globale. 
 
D’après elle, la vaccination cible près de 22. 453 enfants au niveau de la région de Matam et vu la configuration de la région qui est assez étendue, il y a lieu de renforcer les stratégies pour mieux atteindre les cibles.
 
‘’Il faut atteindre les populations qui sont au-delà de 5 km d’une structure de santé [...]. Et pour la stratégie mobile, elle concerne les populations qui habitent à plus de 15 km’’, a confié le médecin-chef de district de Ranérou.
 
‘’Dans la région, nous avons une bonne partie de la cible, environ 11 % qui sont en stratégie mobile et 18 % en stratégie avancée, du fait de l’étendue de la zone’’, souligne-t-elle encore.

LTF/ASG