Centre hospitalier Albert Royer : Ouverture d’une nouvelle clinique de prise en charge du pied bot
APS
SENEGAL-SANTE-INFASTRUCTURES

Centre hospitalier Albert Royer : Ouverture d’une nouvelle clinique de prise en charge du pied bot

Dakar, 3 juin (APS) – Le Centre hospitalier national Albert Royer a inauguré, jeudi, sa clinique dédiée à la prise en charge du pied bot, ces malformations congénitales des pieds.

Cette infrastructure a été inaugurée lors de la première cérémonie de célébration de la Journée mondiale des pieds bots.

Cette journée instituée en 2012 est célèbrée le 3 juin de chaque année, date anniversaire de la naissance du Docteur Ignacio Ponseti, inventeur de la méthode qui porte son nom.

Cette année, l’évènement a pour thème : ’’’’L’intégration effective de la prise en charge du pied bot selon la méthode Ponseti dans le système de santé’’.
 
’’C’est une première au Sénégal avec l’inauguration le même jour de la clinique de prise en charge de cette maladie congénitale handicapante qui touche les enfants à la naissance’’, a dit la Directrice de l’hôpital pour enfants, Dr Issa Tall Diop.
 
Le Centre hospitalier ciblé comme un terrain expérimental par des organisations (Miracle Feet, Dahw et Mercy Ships) va assurer une meilleure prise en charge des patients soufrant de cette maladie.
 
’’Cette structure doit être un modèle de réussite pour être citée en exemple et mise à l’échelle afin que les enfants souffrant de pied bot puissent retrouver leur pleine aptitude physique’’, a souligné la Directrice.
 
En effet dans le cadre des orientations du partenaire allemand DAHW, il est prévu en 2023 un maillage national par l’élargissement des champs d’intervention à Louga, Ziguinchor, Kaolack et Saint Louis, l’augmentation de la liste des enfants porteurs de pied bot à enrôler, des agents de santé et acteurs communautaires à former pour la détection précoce.
 
’’C’est une malformation à la naissance qui doit être prise en charge très tôt par un traitement spécifique, long et couteux pour qu’elle ne devienne pas handicapante pour l’enfant’’, a souligné le chef du Service pédiatrique du Centre national hospitalier pour enfants, Pr Gabriel Ngom.
 
Un partenariat du Centre, Mercy Chip, a permis de former des spécialistes dans le domaine du traitement du pied bot mais également de construire la clinique pour la prise en charge gratuite des patients
 
’’Les enfants vont bientôt retrouver le sourire eu égard au traitement qui leur sera administré avec la méthode Ponseti’’, a dit Pr Ngom.
 
La méthode Ponseti du nom du chirurgien italien qui a mis en place la technique est la norme standard la plus utilisée partout dans le monde, a expliqué Dr Doudou Gueye, Chirurgien pédiatre à Albert Royer.

Le traitement comprend trois phases, a -t –il expliqué.

D’abord une phase de plâtrage avec la réalisation de plâtrage tous les sept jours pendant des semaines pour permettre de redresser le pied.

Il y a ensuite une phase de ténotomie pour couper et allonger le tendon d’Achille et enfin, pour empêcher le pied de reprendre la forme de la maladie, une phase plus longue de port d’attelle.

’’Avec le traitement l’enfant arrive à marcher normalement, à vaquer à ses occupations avec les attelles pour éviter le risque de récidive’’, selon le chirurgien pédiatre.
 
Venu représenter le ministère de la Santé et de l’Action sociale, Souleymane Diop a promis des ’’moyens conséquents’’ à la clinique, relevant que dans le cadre de la prise en charge, il y a des efforts réels de l’Etat avec une gratuité du traitement.
 
Les enfants atteints de pied bot sont considérés comme des personnes en situation de handicap et bénéficient ainsi de la carte d’égalité des chances qui implique la gratuité dans les établissements hospitaliers du public, a - t –il dit.
 
Prés de 80 enfants sont pris en charge par an dans les structures de santé dédiés notamment à Albert Royer, Yeumbeul, Thiés et Diourbel.
 
Considérée comme une pathologie qui touche 1/1000 naissances, le pied bot ne dispose pas au Sénégal de ’’statistiques claires’’ mais ’’beaucoup de cas’’ sont référés au niveau des quatre cliniques de prise en charge.
 
ADL/OID