+++Echos de la 71ème Assemblée mondiale de la Santé++
APS
MONDE-SANTE-ECHOS

+++Echos de la 71ème Assemblée mondiale de la Santé++

+++ De l’envoyée spéciale de l’APS : Adama Diouf Ly+++
 
Genève, 24 mai (APS) - L’Assemblée mondiale de la santé, dont les travaux ont été ouverts au Palais des Nations de Genève (Suisse), se poursuit avec des centaines de délégations qui, chaque matin, prennent d’assaut les nombreux bâtiments du siège. 


Logistique : A l’OMS, il n’est pas question de prendre en charge la participation des délégués, que ce soit l’hébergement, le transport et les repas. Rien n’est gratuit pour les participants. Aux heures de pause, il faut mettre la main à la poche au niveau des trois cafétérias pour disposer d’une collation. Et aux heures de repas, après avoir fait la queue dans l’un des deux restaurants, il faut ensuite passer par l’une des deux caisses pour accéder au réfectoire.

Seules des navettes sont mises à la disposition des délégués et autres participants pour aller au siège de l’OMS, situé à quelques pas du Palais des nations. Une belle initiative de rationalisation des ressources.
 
Articles de souvenirs : Traditionnellement, les articles souvenirs tels que les stylos, les portes clés, les clés USB, les sacs, les tee-shirts estampillés du logo de l’OMS sont offerts aux participants lors des grandes conférences internationales. Ce n’est pas le cas au siège de l’ONU à Genève qui accueille la 71ème Assemblée mondiale de la Santé. Normal, l’organisation, financée par les bailleurs des pays développés, recherche des fonds pour financer le développement des systèmes de santé des pays les moins développés.
 
Badges : Les agents de sécurité préposés aux différentes portes de l’imposant édifice ne lésinent pas sur le contrôle pour autoriser l’accès. Voitures et piétons sont minutieusement passés au peigne fin de même que les délégués venus pour l’Assemblée mondiale et le personnel. Les badges des délégués, dotés de puces électroniques, permettent d’ouvrir les portes en verre du siège de l’ONUSIDA où des réunions parallèles sont tenues en marge de l’Assemblée.
 
Réunions techniques d’informations : Après l’ouverture officielle, lundi, l’Assemblée est rythmée par la tenue de réunions techniques d’experts de l’OMS ou d’autres organisations partenaires avec les délégués pour travailler sur des projets de résolutions, des propositions de déclarations ou d’autres aspects rarement couvertes par les journalistes pas aussi nombreux .

Il est par ailleurs très difficile de se retrouver avec la centaine de salles répartie dans l’immense espace. Des indications, il y en partout, et il suffit de lire, conseille un agent.
 
Place : Difficile d’avoir une place libre dans la grande salle des Assemblées où se tiennent les plénières. Il est accordé 4 places par délégation, deux pour le ministre et son proche collaborateur sur la table, et deux places derrière eux. Mais, il suffit, après le démarrage des sessions, de repérer les absents devant les chevalets, pour "usurper" ces places le temps des fois de les voir arriver pour reprendre leurs places. 
 
Documents : Un espace a été aménagé à côté de la cafétéria Concordia pour mettre à la disposition des délégués chaque jour le programme dans les différentes langues de travail de la rencontre. Pour les autres documents des commissions et des réunions techniques, il faut indiquer aux deux préposés les numéros de référence (ex A71/A/CONF./4) qui fait renvoie à l’édition de l’Assemblée mondiale (71ème), le bâtiment, le numéro du point de l’ordre du jour entre autres.
 
Audiences : L’Assemblée est l’occasion pour beaucoup de ministres de la Santé et chefs de délégation d’accorder des audiences à leurs homologues ou à d’autres chefs de programmes en santé pour échanger sur des opportunités de partenariat ou d’échanges.

Le ministre sénégalais de la Santé et de l’Action sociale n’a pas été en reste. Abdoulaye Diouf Sarr a reçu en audience le Chef du Programme santé de la Fondation Bill et Melinda Gates, le Chef du Secrétariat permanent de la Convention cadre de l’OMS de lutte anti-tabac (CCLAT), la Directrice de la région Afrique de l’OMS, le ministre Djiboutien de la Santé. Il a également participé à une rencontre d’échanges entre ministres de la Santé de l’espace francophone à la mission permanente de la France à Genève.

ADL/ASB/ASG