Un spécialiste relève un
APS
SENEGAL-SANTE

Un spécialiste relève un "manque criard de chirurgiens-dentistes’’

Diourbel, 20 mars (APS) - Le Sénégal fait face à "un manque criard" de chirurgiens-dentistes avec près de 550 praticiens pour une population de 15 millions d’habitants, a souligné mercredi à Diourbel le président national des chirurgiens-dentistes sénégalais, docteur Noël Akondé.

"Nous avons un manque criard de chirurgiens-dentistes. On peut dire que nous sommes à près de 550 chirurgiens-dentaires pour une population de 15 millions d’habitants", a-t-il dit.
 
M. Akondé s’exprimait au cours de la cérémonie de lancement officiel de la Journée mondiale de la santé bucco-dentaire.
 
Selon lui, ce "ratio est très faible par rapport aux normes de l’OMS et en plus de cela, on peut constater que nous sommes aussi sous-équipés, surtout au niveau public". 
 
A en croire le spécialiste, les cabinets dentaires manquent également de matériels, des équipements qui coûtent "très chers".
 
"On lance un appel aux autorités à faire un effort pour équiper les cabinets dentaires de matériels suffisants pour prendre en charge toutes ces infections", a plaidé le président national des chirurgiens-dentistes sénégalais.
 
Il a aussi évoqué "le problème d’accessibilité aux soins pour certaines populations qui n’ont jamais fait de consultations dentaires".
 
"Il y a un problème d’accessibilité aux soins parce qu’il y a des populations, figurez-vous, qui n’ont jamais vu de chirurgiens-dentistes. Soixante-deux pour cent (62%) des adultes n’ont pas accès aux soins et cela est dû à une insuffisance de chirurgiens-dentistes", a-t-il déploré.
 
Le docteur Noël Akondé a exhorté les pouvoirs publics à davantage recruter dans cette spécialité, ce qui faciliterait le maillage du territoire national et contribuerait selon lui à soulager les populations.
 
"On lance un appel au gouvernement pour recruter le maximum de chirurgiens-dentistes pour que l’on puisse couvrir la population, c’est-à-dire qu’il y ait au moins un chirurgien-dentiste dans chaque département du Sénégal pour pouvoir faire face" à ce problème, a-t-il insisté.
 
M. Akondé a toutefois salué les efforts de l’Etat en termes de renforcement de capacités des acteurs de la santé, dont les sages-femmes et infirmiers en particulier, en vue de combler ce gap.

FD/BK/ASG