Appel à ériger les pathologies oculaires en problèmes majeurs de santé publique
APS
SENEGAL-SANTE

Appel à ériger les pathologies oculaires en problèmes majeurs de santé publique

Dakar, 4 déc (APS) – Le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr a estimé, lundi à Dakar, que les pathologies oculaires doivent être érigées en problèmes majeurs de santé publique compte tenu de leur impact sur le développement économique du pays.


"Certes, les pathologies oculaires sont faiblement associées à une forte mortalité, mais les conséquences socioéconomiques du handicap visuel sont énormes, d’où la nécessité de les ériger en problèmes majeurs de santé publique", a-t-il dit.


Le ministre de la Santé présidait la cérémonie d’ouverture du 12e congrès de la Société africaine francophone d’Ophtalmologie (SOFA), couplé au 8e congrès de la Société Sénégalaise d’Ophtalmologie.

La rencontre de cette année, coïncidant avec les 25 ans d’existence de la SOFA est placée sous le thème de "l’inflation oculaire".

Un choix qui n’est pas fortuit au vu des enjeux sanitaires dans la sous région, a indiqué Abdoulaye Diouf Sarr qui a soutenu que "quatre personnes sur cinq perdront la vue inutilement alors que la cause de leur handicap est curable ou évitable".

C’est la raison pour laquelle, le Sénégal s’est inscrit dans la dynamique de la communauté internationale portée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui vise à éliminer la cécité évitable d’ici 2020, a-t-il fait savoir.

"C’est dans ce contexte que notre pays, avec l’appui de ses partenaires, s’est doté d’unités de soins oculaires dans de nombreuses localités", a dit M. Sarr qui précise cependant que "de grands défis persistent encore tels que les ressources humaines insuffisantes et inégalement réparties".

Afin de combler ce gap, le ministère de la Santé s’est mis en relation avec la faculté de médecine, afin d’augmenter le nombre de spécialistes, a fait noter Abdoulaye Diouf Sarr, informant qu’une quinzaine de médecins sénégalais sont actuellement en formation.

M. Sarr est d’avis qu’au-delà des ressources humaines, "il est capital de relever le plateau technique car des soins oculaires de qualité et accessibles sont essentiels pour contrôler efficacement les déficiences visuelles et la cécité".

"C’est fort conscient de cela que le gouvernement du Sénégal a déjà effectué d’importants investissements pour un équipement adéquat des structures sanitaires sans qui, il sera difficile aux spécialistes d’exercer leur art", a expliqué le ministre de la Santé.

MK/PON