André Demba Wade à la tête de l’union nationale des mutuelles de santé
APS
SENEGAL-SOCIETE-SANTE

André Demba Wade à la tête de l’union nationale des mutuelles de santé

Diourbel, 21 mars (APS) - André Demba Wade a été porté à la tête de l’union nationale des mutuelles de santé communautaire du Sénégal, samedi, à l’issue d’une assemblée générale, a constaté l’APS.
 

Un nouveau bureau a été mis en place pour un mandat de trois ans.

 
’’Avec l’équipe, nous restons sur la même lancée, continuer le partenariat avec l’agence pour développer la mutualité. Nous n’avons plus le droit à l’erreur. Il faut avancer en termes de résultat’’, a déclaré le nouveau président de l’union, André Demba Wade.
 
L’AG qui s’est déroulée à la mairie de Diourbel a réuni les mutualistes des autres régions du pays en présence du gouverneur de Diourbel, l’adjoint au préfet et le directeur des opérations de l’ANCMU (Agence nationale de la couverture maladie universelle).
 
’’Il y a énormément de défis qui attendent la nouvelle équipe. Nous utilisons les soins de santé mais aujourd’hui, nous devons pouvoir nous constituer en consommateurs pour défendre les intérêts des utilisateurs des soins’’, a t-il dit. 
 
Selon Serigne Diouf, directeur des opérations de l’ANCMU, ’’l’excellent travail des mutualistes a permis de booster le taux de pénétration mais également une forte augmentation du taux de couverture nationale dans sa globalité’’.
 
’’En 2019, nous étions à un taux de couverture de 48,6%. En 2020, malgré la pandémie, nous sommes à un taux de couverture globale, tout régime confondu de 53%. Nous sommes proches de l’objectif de 75% qui a été fixé en 2021’’, a souligné M. Diouf.
 
Selon lui, ’’l’autre défi concerne la restructuration des organisations mutualistes pour les rendre beaucoup efficaces et leur faire jouer pleinement leur rôle’’.

’’Le développement de stratégies de financement endogène aussi constitue un défi’’, a t-il relevé.
 
Le directeur des opérations de l’ANCMU estime qu’au-delà des partenaires financiers, les populations peuvent développer des mécanismes endogènes de financement.
 
L’adjoint au préfet de Diourbel, Macodou Sy, a invité la nouvelle équipe à corriger quelques imperfections relatives à la limitation du mandat du président.
 
Il a également recommandé une meilleure implication de la jeunesse et la prise en compte du genre dans les structures électives.
 

FD/OID