Accès aux médicaments : des spécialistes prônent davantage de formation et de réglementation
APS
SENEGAL-MONDE-SANTE

Accès aux médicaments : des spécialistes prônent davantage de formation et de réglementation

Diamniadio, 28 nov (APS) – Des participants au Forum Galien Afrique ont insisté mercredi sur la formation des ressources humaines et la réglementation du secteur pharmaceutique. 
 
Ces préoccupations ont été exprimées lors du panel portant sur le thème "Accès universel aux médicaments et aux autres produits", au deuxième jour du Forum Galien Afrique. 
 
Parlant de ce travail de réglementation, Abdourahmane Diallo, ministre-conseiller en santé publique de la République de Guinée, a expliqué que son pays est en train de "mettre en place un comité d’évaluation des grossistes répartiteurs".
 
"On en avait plus de cent en Guinée. L’idée, ce n’est pas de réduire le nombre mais de réguler, a-t-il expliqué. On a arrêté de donner des agréments. Désormais, nous allons les attribuer selon les besoins et les normes".
 
Pour Martha Smit, membre de Life Sciences Group de Johannesburg, "l’éducation permet aux populations de connaitre les produits auxquels elles ont accès". 
 
Elle a plaidé pour une harmonisation de la réglementation, en vue de "créer un moyen efficace" de promotion de l’accès universel aux médicaments. 
 
Le Professeur Paul Lavany, directeur de Empover School of Health en Inde, note lui qu’au niveau national et au niveau international, "les produits changent, donc les ressources humaines doivent être bien formées". 
 
"Les pays ont besoin de services qui travaillent de manière continue pour les populations. Il faut une formation continue, nous avons commencé à travailler dans 25 pays pour cela", a-t-il dit. 
 
Pour sa part, Mabingué Ngom, directeur régional du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA, en anglais) en Afrique de l’Ouest et du Centre, a insisté sur l’importance de la planification familiale.
 
"La planification familiale reste un levier sur lequel il faut agir pour influer sur toutes les autres maladies et problématiques de santé. Il est important d’investir dans la santé de la reproduction", a-t-il dit. 
 
"Nous avons besoin de ressources. Il n’y a pas de santé sans produits et médicaments. Un effort massif doit être fait pour changer la donne sur le terrain", a ajouté M. Ngom. 
 
Selon lui, "il n y a aucune chance pour l’atteinte des objectifs de développement durables si nous ne réglons pas la question des médicaments surtout ceux de la santé de la reproduction". 
 
SKS/OID/BK