Abdoulaye Diouf Sarr pour
APS
SENEGAL-SANTE-SOCIETE

Abdoulaye Diouf Sarr pour "un partenariat fécond’’ entre son ministère et la presse

Dakar, 8 fév (APS) - Un partenariat gagnant-gagnant avec la presse devrait participer à la réduction du taux de mortalité infanto-juvénile, pour le ramener de 51 décès sur 1000 naissances actuellement à 20, a indiqué, jeudi, à Dakar, le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr.

"Nous avons l’ambition de porter le taux de mortalité infantile de 51 décès pour 1000 naissances aujourd’hui à 20 décès pour 1000. Et un partenariat gagnant-gagnant avec la presse devrait aider à atteindre cet objectif", a soutenu Abdoulaye Diouf Sarr.
 
Le ministre de la Santé et de l’Action sociale s’exprimait lors d’un déjeuner de presse avec des patrons de presse, dans le cadre de la célébration de la Semaine nationale de la santé de la mère et de l’enfant.
 
Abdoulaye Diouf Sarr a dit son souhait de "nouer des partenariats gagnant-gagnant avec les médias", pour l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD) et du Plan Sénégal émergent (PSE) en matière de santé à l’horizon 2030.
 
"Il faut une bonne communication pour atteindre nos objectifs et un partenariat avec les médias devrait participer à la réduction du taux de mortalité maternelle et infanto-juvénile", a-t-il relevé.
 
Selon le ministre, la presse devrait accompagner les efforts du minist-re de la Santé et de l’Action sociale, pour davantage "influer sur les comportements et transformer positivement les consciences".
 
Les indicateurs de performance montrent que la mortalité infantile qui était de 72 décès sur 1000 naissances est aujourd’hui à 51 décès/1000 naissances.
 
La mortalité maternelle est portée de 392 sur 100.000 naissances vivantes en 2010 à 312 décès sur 100.000 naissances, sept ans plus tard, a laissé entendre M. Sarr, appelant à "des efforts supplémentaires’’ dans ce domaine.
 
Abdoulaye Diouf Sarr, affirmant être dans une perspective de perfectionnement, a par ailleurs relevé que le Sénégal devrait faire plus, bien que comptant actuellement le meilleur taux d’enfants complètement vaccinés (70%) dans la sous-région.
 
Il a en outre indiqué que le taux national actuel 46% en matière de Couverture maladie universelle (CMU) devrait être porté à 75 % pour l’atteinte des objectifs escomptés, saluant la performance de Sokone (Fatick), où le taux de couverture est de l’ordre de 69%.
 


PON/BK