Pratique illégale présumée d’écographie : le SAMES décrète 72 heures en soutien à un médecin dénonciateur
APS
SENEGAL-SANTE-HUMEUR

Pratique illégale présumée d’écographie : le SAMES décrète 72 heures en soutien à un médecin dénonciateur


Dakar, 7 déc (APS) - Le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (SAMES) a décrété mercredi une grève de 72 heures pour, selon son secrétaire général, Docteur Boly Diop, ‘’dénoncer la mutation’’ de l’un de leurs collègues qui aurait payé ainsi sa dénonciation d’un agent de santé pour exercice illégal de médecine.

 
L’agent de santé en question, qui était en poste à Keur Samba Dia, dans l’arrondissement de Fimela (Fatick), pratiquerait des échographies, sans pour avoir le droit d’exercer une telle activité.
 
‘’Nous n’allons pas arrêter cette grève de 72 heures qui a
commencé ce mercredi pour dénoncer la mutation de notre collègue, l’ancien médecin-chef du district de Fimela qui n’a fait que notifier à un agent sanitaire la circulaire du ministre qui nous demandait de signaler tout exercice illégal de la médecine’’, a expliqué docteur Boly Diop, secrétaire général du Syndicat autonome des médecins du Sénégal (SAMES).
 
En conférence de presse au siège de l’Ordre des médecins du Sénégal, Dr Diop a indiqué qu’‘’après interpellation du médecin-chef, l’agent sanitaire n’a pas voulu arrêter de faire des échographies’’. 
 
‘’Mais à notre grande surprise, continue-t-il, il a été sanctionné et muté par le ministère de la Santé et de l’Action sociale. Ce que nous ne comprenons pas.’’
 
‘’Au Sénégal, la réglementation ne permet à un agent
sanitaire de faire des échographies. Donc, on ne reculera pas devant ce combat, quitte à aller vers la radicalisation de cette grève au niveau national’’, a menacé le docteur Diop.
 
Il signale que même ‘’le procureur s’est même auto saisi de cette histoire […]’’.
Selon le secrétaire général du Syndicat autonome des médecins du Sénégal, ‘’la grève ne va pas s’arrêter tant que le médecin ne sera pas remis à son poste’’.
Interrogé, le directeur des ressources humaines du ministère de la Santé et de l’Action sociale, Souka Ndella Diouf, a confirmé la mutation du médecin-chef de district de Fimela.
 
Il a expliqué cette affectation par le qu’‘’il y avait un mouvement qui a concerné les médecins-chefs de district’’, relevant que même ‘’celui de Kaffrine a été également affecté à Dakar’’. ‘’La décision de mutation est un pouvoir discrétionnaire que le président de la République a délégué au ministre’’, a-t-il rappelé.
 
‘’Cela est dans l’ordre normal des choses, un agent de l’Etat peut être muté à tout moment, car c’est pour le bien être du service’’, a-t-il insisté.

SKS/ASG