700 décès maternels évités grâce à la planification familiale(officiel)
APS
SENEGAL-SANTE-REPRODUCTION

700 décès maternels évités grâce à la planification familiale(officiel)

Dakar, 29 juin (APS) - Quelque 700 décès maternels ont été évités en 2020 grâce à la planification familiale (PF), a soutenu, mardi, Adjiratou Sow Diallo en service à la Direction de la santé de la mère et de l’enfant.

’’C’est important que nous mobilisions des ressources pour la planification familiale. En 2020, nous estimons que 817000 femmes utilisent une méthode de contraception moderne et grâce à cela, 13000 grossesses non désirées, 111000 avortements à risque et 700 décès maternels ont été évités’’, a t-elle souligné.
 
Mme Diallo faisait une communication mardi sur les ’’Enjeux et perspectives en matière de mobilisation de ressources endogènes en faveur de la PF’’ à l’atelier d’information sur la mobilisation des fonds domestiques de la Planification Familiale.

Cette rencontre était organisée par la Cellule de promotion de la direction de la santé de la mère et de l’enfant (DSME).
 
Revenant sur le cadre stratégique 2016/2020, elle a relevé que ’’de 2010-2011 à 2019, le taux de prévalence contraceptive est de 12% à 25,5% alors que celui des Besoins Non Satisfaits est passé de 30,1% à 21,7%’’.
 
Face à une baisse progressive des Partenaires techniques et financiers notamment dans l’achat de produits contraceptifs, elle a souligné qu’’’il est urgent de mobiliser les ressources domestiques notamment les entreprises, les banques et le secteur privé en généra’’.
 
Déjà, a-t-elle noté, ’’un plan de plaidoyer a été fait pour la mobilisation du budget de l’Etat pour l’achat des produits contraceptifs de 117 à 500 millions d’ici 2021’’.
 
En 2017, a rappellé Mme Diallo, ’’le Sénégal s’était engagé à amener le taux de prévalence contraceptive de 21,2% en 2015 à 45% en 2020 en réduisant les BNS de 25,2% à 10%’’.

Il était aussi question d’améliorer le cadre réglementaire pour renforcer le secteur privé, le secteur communautaire et le secteur public notamment en signant le décret d’application de la loi Santé de la Reproduction portant PF et en finalisant la révision des textes régissant la profession de pharmaciens afin que l’offre de service dans les officines soit une réalité.
 
Aussi, parmi les engagements politiques du Sénégal, ’’il y a la prise en compte des adolescents et jeunes en situation de vulnérabilité dans les stratégies en santé sexuelle et reproductive incluant la PF en augmentant le taux d’utilisation des services de santé sexuelle et reproductive de 10% à 70% en 2020 avec impact sur la réduction du taux de fécondité chez les adolescentes de 15 à 19 ans de 80 à 70 pour mille en 2020’’.
 
SKS/OID/AKS