50 motos ambulances pour les régions médicales les plus reculées
APS
SENEGAL-SANTE

50 motos ambulances pour les régions médicales les plus reculées

Dakar, 1er mars (APS) - Le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, a reçu, jeudi, de la représentante résidente de l’Unicef à Dakar un don de 50 motos ambulances entièrement équipées, d’une valeur de 155 millions de francs Cfa.

Ces motos ambulances sont destinées aux régions médicales les plus reculées du Sénégal pour assurer le transport, en toute sécurité, des malades entre les Postes de santé et les Centres de santé de référence.
 
Ce don entre dans le cadre de l’aide des partenaires techniques et financiers au Gouvernement qui s’est investi pour l’amélioration continue du transport sécurisé des malades avec l’acquisition de 300 ambulances médicalisées, a dit le ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr, à la cérémonie de réception des motos.
 
Avec ce matériel roulant, a t –il dit, ‘’la gestion des urgences médicales en général et celle liées à la mère et à l’enfant en particulier devrait à coup sûr connaître une nette amélioration’’.
 
Abdoulaye Diouf Sarr a salué ainsi les ‘’importants progrès réalisés dans la réduction de la mortalité maternelle et infantile, rendus possible grâce aux interventions à haut impact dans les structures de santé’’.
 
Pour la représentante résidente de l’UNICEF à Dakar, Laylee Moshri, il s’agit avec ce don de ‘’favoriser l’accès pour tous les individus aux services de santé sans aucune forme d’exclusion’’.
 
‘’Cette dotation doit permettre aux populations d’accéder aux services de soins dans les zones les plus reculées’’, a-t-elle dit.
 
Dans cette dynamique, elle a souscrit à l’initiative du ministère de mettre en place un Plan d’urgence pour accélérer la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile.
 
‘’Le recrutement massif d’un personnel qualifié, les stratégies avancées pour accéder aux populations les plus reculées ont permis aujourd’hui une nette diminution de la mortalité matrenelle et infantile’’, a t –elle relevé.
 
De 392 décès pour 100 mille naissances vivantes, en 2012, la mortalité néonatale est passée à 315/100 000 naissances vivantes en 2017. Le ministre compte arriver à 70/100000 naissances en 2030.
 

ADL/OID