L’apport de la religion à la construction de la paix et du développement mis en exergue
APS
SENEGAL-ALLEMAGNE-SOCIETE

L’apport de la religion à la construction de la paix et du développement mis en exergue

Dakar, 5 déc, (APS) - Hermann Gröhe, ancien ministre fédéral allemand, a mis en exergue jeudi l’apport de la religion à la construction de la paix et du développement.
 
M. Gröh, présentement porte-parole dans le domaine des religions du groupe parlementaire CDU-CSU au Bundestag (parlement allemand), animait une communication sur ‘’La liberté religieuse en Allemagne et dans le monde’’ dans le cadre du lancement des Actes du colloque inter-religieux ‘’Religion et développement économique’’.
 
Cette rencontre est organisée par la Fondation Konrad Adenauer (FKA), en partenariat avec l’Université de Dakar, l’Institut Timbuktu, entre autres.
 
’’Nous sommes au niveau de la République Fédérale en train de travailler sur une stratégie qui permet de mettre en relation la religion et l’aide au développement, (...)’’, a-t-il dit.
 
’’La religion détermine essentiellement une société (...) la liberté de la religion est une préoccupation essentielle de notre groupe parlementaire’’, a ajouté M. Gröhe, désignant le Sénégal comme "une inspiration’’ pour beaucoup de pays dans le domaine du dialogue inter-religieux.
 
’’La liberté de religion au Sénégal est vraiment un modèle, il est impératif que cette liberté de religion soit protégée (...) et que la religion s’appuie en outre sur les traditions pour participer au développement’’, a-t-il souligné, en présence de l’ambassadeur d’Israël au Sénégal, Roi Rosenblit, et de nombreux universitaires, dont le Pr Mbaye Thiam de l’Université Cheikh Anta Diop.
 
La Fondation Konrad Adenauer a présenté auparavant les recommandations issues du colloque interreligieux ‘’Religion et développement économique’’.
 
Ce colloque s’était tenu en juin dernier à Dakar à l’initiative de la FKA, en coopération avec l’ambassade d’Israël, l’Université Cheikh Anta Diop, le Timbuktu institut et l’Association sénégalaise pour la coopération décentralisée (ASECOD).
 
Ces recommandations portent entre autres sur la promotion d’une éducation religieuse qui ‘’favorise le culte du travail et les bonnes pratiques de cohésion sociale’’, le changement de mentalités ‘’comme élément moteur pour le développement durable’’, la prise de conscience que le dialogue interreligieux ’’favorise aussi le développement économique et sociale’’.

MF/OID/ASG