Tivaouane : le COSKAS satisfait des mesures prises pour le maouloud
APS
SENEGAL-RELIGION

Tivaouane : le COSKAS satisfait des mesures prises pour le maouloud

Tivaouane, 29 nov (APS) - Le président du Comité d’organisation au service de Khalifa Ababacar Sy (COSCAS), Mame Ousmane Samb, a salué, mercredi, à Tivaouane, les dispositions prises par l’administration pour notamment assurer un bon approvisionnement en eau de la cité religieuse lors du gamou prévu dans la nuit de jeudi à vendredi.
 
"Les autorités administratives ont bien rempli leur mission pour pallier tout manquement dans la distribution d’eau pour les nombreux pèlerins attendus à la 106-e édition du gamou", a-t-il dit lors d’un point de presse.
 
Le comité d’organisation est déjà à pied d’œuvre pour la réussite de cet événement-phare du calendrier musulman, a assuré M. Samb, ajoutant que Tivaouane, capitale de la tidjânyya au Sénégal, commence à recevoir du monde.
 
‘’Tivaouane s’apprête à célébrer le Gamou’’ sans Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine, mais l’ombre du précédent khalif général, rappelé à Dieu le 22 septembre dernier, "va fortement planer" sur l’édition 2017 du maouloud, autre nom du gamou, a souligné M. Samb.
 
Avant d’accéder au khalifat, Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine fut l’inamovible porte-parole de la famille Sy et le maître-d ‘œuvre des différentes gamous et activités religieuses de la confrérie, sous les ordres de son père, Serigne Babacar Sy, de son oncle Abdoul Aziz Sy Dabakh, de ses frères Serigne Mansour Sy, Borom Daradji et Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Makhtoum qui l’ont précédé à la tête de la confrérie tidjane.
.
Serigne Mbaye Sy Mansour, l’actuel khalife général des tidjanes, qui va ainsi présider son premier gamou comme guide suprême, a lui inscrit son action dans le sens de l’unité, de la tolérance, de la solidarité, de la droiture et du respect des "pratiques des préceptes de l’islam", selon le président du COSKAS.
 
L’enseignement de la tidjâniyya rend compte d’un "grand souci de conformité aux préceptes de l’islam", a fait valoir Mame Ousmane Samb, selon qui "le Cheikh avait largement insisté sur ce point, comme en atteste les ouvrages de muqaddams le réitérant".
 
Le gamou est marqué par la récitation du "bourda", des panégyriques dédiés au Prophète Mohammed (PSL), durant les 10 jours précédant cette commémoration, à Tivaouane.
 
Le "bourda" est tiré d’un poème de l’imam Mohamed Al Boussayri faisant du Prophète Mohammed, considéré comme le meilleur des créatures de Dieu.
 
‘’C’est un poème célèbre, que les savants et les grands saints ont chanté et commenté à travers des siècles, vu son importance et sa grande valeur et il a fait l’objet d’études d’étudiants et de professeurs des grandes universités islamiques comme Al Azhar, Al Qharawiyyine et d’autres, durant des siècles", indique le disciple tidjane.
 
BD/BK