Le curé de Sandiara en appelle aux bonnes volontés pour doter sa paroisse d’un
APS
SENEGAL-RELIGION-INFRASTRUCTURES

Le curé de Sandiara en appelle aux bonnes volontés pour doter sa paroisse d’un "lieu de culte digne de ce nom"

Sandiara (Mbour), 4 sept (APS) - Le curé de la paroisse de Saint-Michel Archange de Sandiara, l’abbé Ambroise Gning, a fait appel lundi au soutien des bonnes volontés pour que cette commune du département de Mbour puisse bénéficier d’une église "digne d’un véritable lieu de culte".
 
"Nous comptons sur les bonnes volontés pour nous aider à construire cette paroisse’’ dont la construction "sera bénéfique pour tout le monde", Sandiara étant un carrefour, a déclaré le religieux en marge de la cérémonie d’ouverture d’une session de formation destinée aux membres du mouvement scout sénégalais.
 
"Avec le développement exponentiel de la commune de Sandiara, nous avons, entre autres infrastructures, une salle paroissiale, des toilettes, parce que même les fidèles (...), pour se soulager, ils sont obligés d’aller ailleurs. Voilà les conditions difficiles dans lesquelles nous vivons", a fait constater le jeune prêtre.
 
La paroisse de Sandiara était rattachée à celle de Thiadiaye, jusqu’en octobre 2015, avec l’avènement de l’archevêque de Dakar, monseigneur Benjamin Ndiaye, qui a décidé d’en faire une paroisse autonome.
 
L’abbé Ambroise Gning, porté à la tête de la nouvelle paroisse, dit n’avoir trouvé à son arrivée "qu’un bâtiment, sans mur de clôture à l’époque, et qui manque encore de beaucoup de tout". 
 
"Jusqu’à présent, je n’ai pas encore de logement ni de bureau et j’étais obligé de faire la navette, tous les jours, tôt le matin, entre Thiadiaye et Sandiara", a-t-il souligné.
 
Il ajoute que depuis février dernier, une salle de classe qui lui a été prêtée par les sœurs basées à Sandiara, lui sert de dortoir, dans lequel il a "installé un matelas et une table qui lui sert de bureau. Tout cela, dans le souci d’être à proximité de ses paroissiens qui voulaient avoir leur pasteur à leurs côtés.
 
"Au début, l’église n’était pas clôturée et, en plus de sa proximité avec le marché hebdomadaire qui se tient tous les samedis, les animaux en divagation avaient fini d’occuper ce lieu de culte. C’est ainsi que nous avons tout fait pour avoir les moyens de changer le cadre de vie de cette église", a-t-il expliqué.
 
Avec l’appui de "quelques bonnes volontés", ajouté au soutien des paroissiens locaux, une initiative dénommée "Un chrétien, un kilogramme de mil" a été lancée, avant une deuxième dénommée "Un chrétien, un sac de ciment", ce qui a selon lui permis de financer le mur de clôture de l’église.
 
"On est en train de chercher des moyens, pour que le curé que je suis puisse avoir sa maison pour être davantage auprès des fidèles", a annoncé l’abbé Ambroise Gning, soulignant avoir accepté de vivre "dans des conditions difficiles pour être beaucoup plus utile à la communauté paroissiale de Sandiara".
 
ADE/BK