L’imam ratib de Saint-Louis prône un retour au concept de famille élargie
APS
SENEGAL-CULTES-TABASKI-SEMON

L’imam ratib de Saint-Louis prône un retour au concept de famille élargie

Saint Louis, 2 sept (APS) - L’imam ratib de la grande mosquée de Saint Louis, Ahmed Tidiane Diallo, a invité samedi les populations sénégalaises à se référer au concept de la famille étendue pour mieux cimenter l’espace familial par "l’éducation, la solidarité et la droiture".
 
De cette manière, le Sénégal devrait arriver à "une société équilibrée, solidaire, juste et tolérante", a dit l’imam dans on sermon prononcée à l’occasion de l’Aïd-el-fitr, la grande fête musulmane communément appelée Tabaski au Sénégal.
 
"Le modèle basé sur la famille nucléaire, concept européen, est individualiste, égoïste" et renvoie au "chacun pour soi, ce qui est non conforme à nos valeurs et au concept de l’islam", a-t-il dit.
 
La famille nucléaire "doit être bannie par la société sénégalaise", qui a la possibilité de se référer à "des valeurs sûres léguées par nos ancêtres", a recommandé l’imam Diallo, en présence de l’adjoint au gouverneur chargé des affaires administratives, ainsi que de plusieurs autorités coutumières et religieuses de Saint Louis.
 
Il a par ailleurs dénoncé le comportement de certains citoyens qui font des choses inacceptables, qui n’honorent pas le Sénégal, tandis tout le monde regarde faire, ces comportements ‘’d’indiscipline, d’injure, de parjure, de mensonge et des invectives et qui mènent le pays vers la dérives’’.
 
Il a par ailleurs invité les populations sénégalaises à "une grande introspection" et à un retour vers les enseignements du Coran et la ’’sunna", les traditions héritées des pratiques du prophète (PSL).
 
L’imam Cheikh Ahmed Tidiane Diallo estime par ailleurs que "face aux dérives notées avec l’internet et les réseaux sociaux", la société sénégalaise "doit aller vers l’enracinement dans nos valeurs ancestrales, avant toute ouverture".
 
"Ce que l’on voit et vit aujourd’hui avec Internet et les réseaux sociaux, ne sont que le reflet d’une société dont les enfants ne sont pas bien moulés dans les sources du concept de la vraie sociologie familiale étendue, où l’on forge l’enfant dès bas-âge à la discipline, au respect et à la droiture", soutient l’imam Diallo.
 
Revenant sur l’esprit de la Tabaski, l’imam Diallo souligne que le sacrifice du mouton "doit inspirer les uns et les autres’’ pour plus de solidarité familiale, de tolérance et d’amour du prochain, "afin que tous les musulmans deviennent des frères et sœurs".
 
A ses yeux, tels sont les enseignements à tirer du geste d’Abraham, en référence au sacrifice du patriarche du monothéisme, dont le geste est perpétué à travers la Tabaski.
 
Dieu, pour éprouver la foi du patriarche, son prophète et ami, lui ordonna de sacrifier son "fils unique", mais au moment de s’exécuter, l’ange Gabriel, sur ordre expresse de Dieu, l’en empêcha.
 
Cet épisode traduit du point de vue musulman la soumission du fidèle à Dieu et à ses commandements, une nécessité rappelée à travers la perpétuation de ce geste.
 
BD/BK