Saint-Louis : l’imam Abdallah Cissé rappelle la nécessité de concertations sur le croissant lunaire
APS
SENEGAL-KORITE-SERMON-CONCERTATIONS

Saint-Louis : l’imam Abdallah Cissé rappelle la nécessité de concertations sur le croissant lunaire

Saint-Louis, 5 juin (APS) - L’imam Mouhamedou Abdallâh Cissé Ibn Serigne Madior Cissé de la mosquée "Ihsane’’ de Saint-Louis a appelé mercredi les guides religieux à travailler à l’unité des fidèles pour les amener à s’accorder sur les dates des fêtes musulmanes.

Les manquements notés à ce sujet sont de la responsabilité des guides religieux, a-t-il estimé dans son sermon de la Korité, fête marquant la fin du jeûne musulman.
 
Le Sénégal étant un Etat laïc, le pouvoir "ne peut pas trancher cette question, qui est d’ordre spirituel et religieux, les religieux ont le devoir et l’obligation de mener de larges concertations pour trouver des solutions" à ce problème, a indiqué l’imam Cissé.
 
Selon lui, tous les guides religieux, imams et oulémas du Sénégal, doivent travailler à la tenue de rencontres et concertations atour de cette question de l’apparition du croissant lunaire, "devenu" une sorte de polémique et source de division des musulmans sénégalais, qui doivent se retrouver sur l’essentiel, car le ramadan est affaire de charia".
Les musulmans peinent à s’accorder au Sénégal sur les mêmes dates pour les fêtes musulmanes, malgré l’existence d’une commission nationale de concertation sur le croissant lunaire (CNCCL).
 
Entre cette instance officielle et la Coordination des musulmans du Sénégal, les fidèles ne savent plus à quel saint se vouer, une situation à l’origine d’une confusion déplorée de tout le monde, sans qu’une solution puisse s’imposer à toutes les écoles de pensée dont chacun dit s’inspirer des préceptes de l’islam.
 
Dans son sermon de la Korité, l’imam Abdallah Cissé a par ailleurs regretté "la perte de valeurs’’ au sein de la société sénégalaise, avec une jeunesse orientée ’’sans discernement’’ vers les réseaux sociaux, au risque de dévier du droit chemin pour une trajectoire les conduisant à une "perte de repères".
 
"La famille, cellule de base de l’éducation des enfants, est aujourd’hui déviée de son rôle fondamental, et la conséquence reste la déperdition des mœurs, les mauvais comportements, le manque de respect et l’indiscipline", déplore l’imam.
 
Il invite alors les populations vers "un retour aux valeurs ancestrales et les vertus’’ de la société sénégalaise, telles qu’enseignées par les vénérés guides qui ont contribué à la propagation de l’islam au Sénégal.
 
L’imam Abdallah Cissé préconise en outre une observation des prescriptions de l’islam et des recommandations du Prophète Mouhammed (PSL), pour "sauver le Sénégal de la dérive verbale et d’invectives devenues la mode". 
 
BD/BK