Un sociologue évoque la dimension économique de l’œuvre de Baye Niass
APS
SENEGAL-RELIGION

Un sociologue évoque la dimension économique de l’œuvre de Baye Niass

Dakar, 7 nov (APS) - Le sociologue, Abdoulaye Niang professeur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), a soutenu jeudi à Kaolack (centre), que Cheikh Ibrahima Niass dit Baye (1900-1975), a été le pionnier de l’économie morale, sociale et solidaire.
 
"Baye Niass a été le pionnier de l’économie morale, sociale et solidaire avec la création en 1947 de la Coopérative des agriculteurs et musulmans du Sénégal en plein période coloniale", a dit Pr Niang, expliquant que cette structure avait pour objectif de faire face "au règne des grandes maisons de commerce de la métropole".
 
Ce modèle économique vulgarisé par un chercheur anglais s’appuie sur les valeurs morales pour promouvoir des activités de développement économiques comme l’avait pensé Baye Niass bien avant les indépendances, a ajouté l’enseignant, également disciple de Cheikh Ibrahima, l’un des propagateurs de la confrérie tidjane au Sénégal.
 
Il intervenait à l’occasion de la deuxième journée du symposium consacré à la vie e à l’œuvre de Baye Niass à la maison des hôtes de Medina Baye.
 
Selon lui, "la dimension économique de l’œuvre de Baye Niass est souvent oubliée alors qu’il a largement contribué à l’émancipation de la masse paysanne et rurale avec ses coopératives dans une période de domination coloniale".
 
Le sociologue a mis l’accent sur l’engagement du Cheikh à vouloir sortir la masse paysanne de la pauvreté grâce à des centrales d’achat qui seront combattus par le colonisateur trois ans seulement après leur création.
 
Pour réussir son pari, il avait mis à contribution de fidèles disciples riches d’une trentaine voire quarantaine d’expérience dans le monde agricole, a-t-il rappelé, estimant qu’à ce titre Baye a été le précurseur de la première école d’agronomes du Sénégal.
 
Cette politique économique qui met en avant l’humain a été pensée en une période où la guerre et les épidémies avaient contribué fortement à appauvrir les populations rurales surtout, a indiqué le panéliste.

AMD/ASB