APS
SENEGAL-RELIGION

"Magal des 2 rakkas" : des centaines de fidèles à la prière commémorative

Saint-Louis, 5 sept (APS) – Des centaines de fidèles musulmans, principalement de la confrérie mouride, ont pris part lundi à Saint-Louis (nord) au Magal des deux rakkas, une cérémonie religieuse commémorant une prière faite par Serigne Ahmadou Bamba, fondateur de la confrérie, devant l’autorité coloniale, le 5 septembre 1895, a constaté l’APS.
 
Venus de tous les coins du Sénégal, les fidèles ont littéralement pris d’assaut la capitale nord du pays dès les premières heures de l’après-midi. 
 
Du pont enjambant le fleuve Sénégal, ils se sont d’abord installés, par vagues successives, sur la Place Faidherbe et la devanture de la gouvernance.
 
Les fidèles n’ayant pas pris place sous la grande tente érigée pour l’occasion devant l’ancien palais de l’autorité coloniale se sont rabattus sur les rues et ruelles adjacentes, en se contentant de suivre les causeries et autres déclarations à travers une puissante sonorisation déployée pour l’occasion.
 
Ils ont ainsi tous participé à la prière commémorative dirigée à partir de la gouvernance par Serigne Mame Mor Mbacké Abdou Khadre, imam des deux rakkas.
 
2016 marque la quarantième édition de cette manifestation qui rappelle une prière faite par le fondateur de la confrérie mouride devant l’autorité coloniale à Saint-Louis en 1895.
 
Auparavant, une cérémonie officielle avait été organisée, à laquelle avaient participé le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Omar Guèye, le maire de la ville, Mouhamadou Mansour Faye, ainsi que diverses autorités administratives et religieuses.
 
"La commémoration de la prière de Serigne Touba devant le colonisateur à Saint-Louis est un acte de foi qui transcende les confréries. C’est devenu un symbole qui n’appartient pas seulement aux mourides mais à tous les musulmans", a ainsi déclaré l’imam, avant de diriger la prière.
 
"La prière de Serigne Touba est un acte de dévotion qui témoigne d’une foi inébranlable en Dieu, en son prophète", a souligné le religieux en langue nationale wolof.
 
Il a en outre mis en garde contre les dérives et autres attaques dont fait l’objet la religion musulmane. A ce propos, Serigne Mame Mor Mbacké Abdou Khadre, a souligné la nécessité de garantir l’héritage des guides religieux ayant combattu l’autorité coloniale à travers leur foi et leurs actions.
 
"Nous devons aider les jeunes à comprendre cet héritage. Nous devons leur enseigner le sens véritable, sens du combat de ces guides religieux. L’éducation est sans doute un moyen qui leur permettrait de faire face aux manipulations et autres dérives du monde actuel", a indiqué le religieux.
 
Il a également déploré l’ampleur du phénomène de la mendicité des enfants dans la rue, en encourageant l’Etat à poursuivre ses efforts pour venir à bout de ce phénomène. 
 
Il a appelé à prendre exemple sur les nombreuses écoles coraniques éparpillées dans les cités religieuses du Sénégal et dont les enfants pensionnaires ne mendient pas.
 
Le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, a pour sa part insisté sur "le rôle important du fondateur du mouridisme dans le devenir du Sénégal, un pays de paix, de dialogue, de prospérité et de concorde".
 
AKS/BK