Un chercheur veut corriger la perception de l’Afrique noire  comme continent de ’’tradition orale’’
APS
SENEGAL-LITTERATURE

Un chercheur veut corriger la perception de l’Afrique noire comme continent de ’’tradition orale’’

Dakar, 25 août (APS) - L’universitaire sénégalais Ousmane kane, enseignant à l’Université de Harvard (Etats-Unis), a fait part jeudi de son ambition de contribuer à corriger la perception faisant de l’Afrique un continent essentiellement de l’oralité, en misant sur son dernier ouvrage portant sur l’histoire intellectuelle des musulmans ouest-africains.
 
"L’objectif de ce livre est de corriger la perception de l’Afrique noire comme continent d’oralité essentiel", a-t-il dit lors de la présentation de son ouvrage "Beyond Timbuktu : The Intellectual History of Muslim West Africa" (Harvard University Press), au CODESRIA. 
 
Le Professeur de Chaire à l’université américaine de Harvard, a soutenu que la diffusion de la langue arabe au cours du second millénaire, a transformé profondément les sociétés africaines. 
 
‘’ Certains peuples islamiques du Sahara et du Sahel renoncent à leurs identités linguistiques, culturelles et ethniques pour revendiquer un caractère exclusif. D’autres maintiennent leurs langues africaines tout en utilisant les caractères arabes qui ont été un véhicule aussi important de transmission de savoir au sein des peuples musulmans de l’Afrique que le latin l’a été parmi les peuples européens’’, a expliqué Pr Ousmane Kane.
 
Il a soutenu que ‘’les œuvres produites entre le 8-éme et le 15-ème siècles sont des œuvres de non arabes’’. 
 
‘’ La langue arabe est le caractère utilisé pour transcrire les langues africaines. Elle était le principal véhicule de transmission du savoir au sein des communautés jusqu’à l’émergence de savoir occidental’’, a-t-il fait savoir. 
 
Il a donné des exemples de témoignages de manuscrits et de récits d’occidentaux qui ont visité l’Afrique dans lesquels ils ont indiqué la vitalité intellectuelle des peuples africains avant la colonisation occidentale. 
 
Le professeur Ousmane Kane a souligné que Tombouctou n’était pas le seul lieu d’érudition pré-colonial en Afrique. Il a cité d’autres lieux comme Pire(Sénégal), Ibadan(Nigeria), Soudan (...).
 
Professeur de Chaire à Harvard, Ousmane Kane est le premier titulaire de la chaire Islam et Sociétés musulmanes contemporaines dont le parrain est le Prince saoudien Alwaleed Bin Talal. 
 
Il est aussi professeur de Langues et Civilisations du Proche Orient à la faculté des lettres et Sciences de Harvard. En avril 2015, le Pr Kane a aussi été primé par l’Université Harvard pour l’excellence de son enseignement et la qualité de l’encadrement de ses étudiants, en recevant le prestigieux ‘’ Prix Everett Mendelssohn Awards of Excellence in Monitoring ‘’. 
 
Le professeur Kane a débuté sa carrière d’enseignant, entre 1993 et 2000 à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Il a servi à l’Université de Yale de 2000 à 2001. Entre 2002 et 2012, il est professeur associé à l’Université de Columbia où il a été titularisé en 2009. 
 
Depuis juillet 2012, il enseigne à Harvard où il est le premier ressortissant de l’Afrique sub-saharienne à occuper une chaire. 
 
BHC/AM/ASB