Le Grand Magal institué par Ahmadou Bamba pour rendre grâce à Allah (Abdou Ahad Mbacké)
APS
SENEGAL-RELIGION

Le Grand Magal institué par Ahmadou Bamba pour rendre grâce à Allah (Abdou Ahad Mbacké)

Touba, 2 nov (APS) – Le Grand Magal de Touba a été institué par Cheikh Ahmadou Bamba afin de rendre grâce à Dieu pour tous les bienfaits qu’il lui a "gratifiés durant toute son existence", précise le président de la Commission culture et communication du Grand Magal de Touba, Serigne Cheikh Abdou Lahad Mbacké Ibn Gainde Fatma.
 
‘’Tout ce que j’ai eu, je l’ai obtenu le 18 safar (…) et je demande à toute la communauté de remercier Allah pour ce dont il m’a gratifié’’, a-t-il dit dans un entretien accordé à l’APS, citant ainsi le fondateur du mouridisme.
 
Le Magal de Touba marque le départ en exil de Cheikh Ahmadou Bamba, parti de Mbacké Bary le 10 août 1895, correspondant au 18 safar du calendrier musulman, pour un périple de 7 ans au Gabon, a-t-il rappelé.
 
"Ce qui était aux yeux des colons une mesure privative de liberté afin d’empêcher au Cheikh, qu’ils assimilaient à un résistant, de poursuivre son œuvre était en réalité une mission que celui-ci devait accomplir dans la perspective de s’élever auprès de Dieu’’, a-t-il expliqué.
 
Selon lui, Cheikh Ahmadou Bamba disait à ce propos : "Ils [les colons] pensent que je suis captif, mais je ne suis captif que de Dieu. Je suis parti puisque voulant avoir le grade des compagnons du Prophète Muhammed (PSL) et pour être l’intercesseur des miens’’.
 
Selon Serigne Cheikh Abdou Lahad Mbacké Ibn Gaindé Fatma, c’est de son vivant que le fondateur du mouridisme a demandé pour la première fois en 1920, à tous les fidèles, de le célébrer là où ils se trouvaient. ‘’Ceux qui étaient à Diourbel le célébraient Diourbel et il en était de même dans toutes les localités’’, a-t-il expliqué.
 
Et c’est Serigne Fallou Mbacké, une fois khalife, qui a demandé aux mourides et à toute la communauté musulmane, de se rassembler à Touba pour y célébrer le Magal.
 
Pour célébrer le Magal, c’est Serigne Touba lui-même qui a donné la voie à suivre en demandant aux pèlerins de se conformer scrupuleusement à la sunna qui, d’après lui, conduit au paradis, a-t-il indiqué.
 
"C’est pour cela qu’il y a des récitals de Coran, des récitals de Khassaides et des +berndel+ (de la nourriture donnée aux pèlerins)’’, a-t-il expliqué, indiquant que des activités culturelles servant à propager les enseignements de Cheikh Ahmadou Bamba sont également organisées à l’occasion.
 
Il a souligné que le Magal, dans sa forme actuelle, a pris beaucoup d’autres dimensions. ‘’Le Magal est actuellement un levier de l’économie sénégalaise qui participe à l’unité et la cohésion nationale, mais également un facteur de fraternisation de l’ensemble des communautés musulmanes qui se retrouvent en un seul jour à Touba’’, a-t-il magnifié.

MK/ASG