La Délégation générale au pèlerinage à La Mecque, ’’un organe de régulation’’ (Abdoul Aziz Kébé)
APS
SENEGAL-PELERINAGE-BILAN

La Délégation générale au pèlerinage à La Mecque, ’’un organe de régulation’’ (Abdoul Aziz Kébé)

Saly-Portudal (Mbour), 24 oct (APS) – La Délégation générale au pèlerinage aux Lieux-Saints de l’islam doit être percue comme un ’’organe de régulation’’ et non comme ’’un adversaire’’, selon le Délégué général le professeur Abdoul Aziz Kébé.
 
’’La Délégation générale au pèlerinage, en tant qu’organe de régulation, ne doit pas être perçue, par les acteurs, comme étant un adversaire, un organe qui est là uniquement pour sanctionner. Nous sommes un organe de régulation, de facilitation’’, a-t-il dit.
 
C’est ainsi, selon lui, qu’il a été mis en place un comité de consultation avec les voyagistes privés pour pouvoir échanger avec eux sur ‘’certaines questions fondamentales’’ à travers une ‘’relation de coopération et conciliation’’ sur l’ensemble de l’activité.
 
Abdoul Aziz Kébé s’exprimait jeudi à Saly-Portudal (Mbour, ouest) dans le cadre d’un atelier d’évaluation de l’édition 2019 du pèlerinage aux Lieux-Saints de l’islam.
 
Cette rencontre de trois jours regroupe les missionnaires qui avaient encadré les pèlerins pour le compte de l’Etat du Sénégal à travers la Délégation générale. Elle vise à ’’porter un regard critique’’ sur la mission 2019.
 
’’Nous ne voulons pas nous contenter de faire un bilan pour dire +voilà les points positifs et les points négatifs+, mais plutôt évaluer l’ensemble de l’activité, en reconnaissant qu’il y a des points positifs et surtout essayer de voir quels sont les facteurs qui ont conduit à ces performances-là et tenter de les consolider, si nécessaire’’, a expliqué Pr Kébé.
 
Il estime aussi qu’il faut avoir le courage de reconnaître qu’il y a ’’des limites, des fautes, des manquements’’, chercher ’’quels sont les facteurs qui ont conduit à cela’’ et avoir ’’la capacité de réfléchir sur leur correction, en essayant de revoir le cadre logique, les interactions entre la Délégation au pèlerinage, les voyagistes privés, les acteurs sénégalais et saoudiens’’.
 
’’Il nous réfléchir sur les nouvelles initiatives à prendre en perspectives de l’édition 2020 du pèlerinage à La Mecque sur la base de ces corrections-là. Voir s’il n’y a pas lieu de prendre de nouvelles mesures, de nouvelles initiatives, de revoir les ressources humaines, matérielles et financières que nous avons’’, a indiqué Abdoul Aziz Kébé.
 
Une ’’bonne stratégie de communication objective’’ avec les acteurs a permis de régler ’’les problèmes qui étaient souvent notés entre certains pèlerins et la Délégation générale’’, a t-il souligné.
 
’’Il s’agit surtout de leur expliquer les textes réglementaires, organisationnels et autres, qui ont permis d’atténuer un peu les malentendus et de favoriser un environnement pacifié, de coopération, dans une relation de confiance avec les partenaires, basée sur l’objectivité, la rigueur’’, a insisté le professeur Kébé.
 
ADE/OID