Ziguinchor : des ‘’mesures urgentes’’ préconisées pour humaniser les conditions carcérales de la MAC
APS
SENEGAL-JUSTICE-DETENTION

Ziguinchor : des ‘’mesures urgentes’’ préconisées pour humaniser les conditions carcérales de la MAC

Ziguinchor, 23 Nov (APS) – L’Observateur national des lieux de privation de liberté (ONLPL), Josette Marceline Ndiaye Lopez, a préconisé jeudi la prise de ‘’meures urgentes’’ pour améliorer et humaniser les conditions carcérales à la Maison d’arrêt et de correction (MAC) de Ziguinchor (sud).
 
"Nous sommes étonnés par l’exiguïté des lieux avec des détenus qui vivent dans des conditions impossibles. Les capacités d’accueil de la MAC de Ziguinchor sont dépassées, les conditions de vie y sont des plus dégradantes et cruelles’’, a insisté Mme Ndiaye en visite à Ziguinchor depuis lundi.
 
La nouvelle responsable de l’Observatoire national des lieux de privation de liberté présidait jeudi à Ziguinchor un atelier thématique relatif aux ‘’Obstacles à la mise en œuvre des peines alternatives à l’incarcération et à l’aménagement des peines à Ziguinchor’’.
 
Cette rencontre, qui prend fin vendredi, a réuni tous les magistrats du ressort de Ziguinchor, le président de tribunal de grande instance de Ziguinchor, le procureur de la République, l’avocat général près de la Cour d’appel, le premier président de la Cour d’appel et plusieurs autres acteurs judiciaires locaux.
 
‘’Les conditions de vie carcérales sont très difficiles à Ziguinchor. Les détenus respirent une odeur impossible et cela impacte négativement sur la santé. Il n’y a même pas une cour de promenade à la MAC de Ziguinchor. Les détenus ne peuvent même pas se dégourdir les jambes’’, a regretté Josette Marceline Ndiaye Lopez.
 
‘’La nappe phréatique est très basse. Quand il pleut, il y a une remontée des bouches d’égout qui arrivent à la hauteur de la ceinture des détenus. Les prisonniers pataugent d’une façon continue dans ces eaux nauséabondes’’, a poursuivi Mme Ndiaye, avant d’inviter à ‘’une prise de mesures urgentes pour améliorer l’environnement carcéral’’.
 
‘’C’est l’endroit même où la prison est construite qui pose problème. A côté de ce lieu de détention, l’administration pénitentiaire est logée dans un bon local. Il y a un espace juste à côté. Il faut réfléchir sur comment construire une nouvelle prison là-bas’’, a-t-elle préconisé.
 
‘’L’impact de la surpopulation carcérale sur la promiscuité, l’insalubrité et la santé des détenus apparaissent clairement dans nos nombreux rapports de visite ou monitoring des prisons (…) ce mal endémique empêche l’administration pénitentiaire de respecter les standards internationaux’’, a fait remarquer Mme Lopez.
 
Elle a ajouté que la rencontre avec les magistrats ‘’vise à réfléchir sur les causes des dysfonctionnements judiciaires dont la surpopulation carcérale est la conséquence, et sur les solutions à apporter à cette situation’’.
 
Les initiateurs de cette rencontre invitent ‘’les acteurs judiciaires à recourir davantage aux peines alternatives en recherchant les causes de la non-fonctionnalité de certains organes d’aménagement des peines et de proposer un plan d’actions à mettre en œuvre en vue de désengorger les prisons’’.

MTN/ASG