Vers la validation d’un module spécial pour traiter des affaires liées au terrorisme
APS
SENEGAL-FRANCOPHONIE-JUSTICE

Vers la validation d’un module spécial pour traiter des affaires liées au terrorisme

Dakar, 24 avr (APS) - Une rencontre de validation d’un module de formation spécial destiné aux magistrats appelés à traiter des affaires liées au terrorisme s’est ouverte mardi à Dakar, avec la participation d’experts et de directeurs d’écoles de formation judiciaire de l’espace francophone.

Ce module concerne aussi toutes les autres affaires de criminalités connexes, à savoir le blanchiment d’argent, la traite des personnes et le trafic d’armes.
 
Il a vocation à être enseigné aux auditeurs de justice des 10 Etats membres du Réseau africain francophone de formation judiciaire, pour leur "inculquer la culture d’une démarche stratégique à la fois dans l’enquête, la poursuite et le jugement des infractions terroristes", a expliqué le directeur du Centre de formation judiciaire (CFJ) du Sénégal, Mouhamadou Diakhaté.
 
 Il prenait part mardi à l’ouverture de cet atelier dont l’initiative trouve sa source dans "les bouleversements géopolitiques qui ont marqué le début du 21ème siècle et dont les pays de la zone saharo-sahélienne seront durablement les victimes collatérales".
 
La prise de conscience de la nature transfrontalière du phénomène du terrorisme a conduit le Réseau à vouloir "apporter une réponse judiciaire transnationale", a souligné M. Diakhaté.
 
"La complexité de cette nouvelle croisade de nos systèmes judiciaires tient au fait qu’il s’agit de réprimer efficacement ces fléaux tout en préservant l’Etat de droit et en garantissant le respect des normes relatives aux droits de l’homme", a relevé le directeur du CFJ. 
 
Pour ce faire, a indiqué Mouhamadou Diakhaté, "il faut certes un cadre juridique et institutionnel adapté, mais aussi des magistrats ayant suivi une formation spéciale pour traiter avec efficacité les affaires relatives au terrorisme et aux autres atteintes à la sécurité nationale".
 
Sur la base des orientations contenues dans les documents pédagogiques, un groupe d’experts ressortissants des pays membres du réseau, s’était réuni pendant une semaine en décembre 2017, pour stabiliser le module sur le terrorisme.
 
Ce module devra être validé au terme de la rencontre de deux jours, présidée par le garde des Sceaux, ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall.
 

ADL/BK