Le recrutement et le renforcement des moyens se
APS
SENEGAL-JUSTICE

Le recrutement et le renforcement des moyens se "poursuivront" au ministère de la Justice (ministre)

Dakar, 28 avr (APS) – Le garde des Sceaux, ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall a dit, samedi à Dakar, que son département va "poursuivre" les efforts de recrutement et de renforcement des moyens des juridictions.



 
"Mon Département, en ce qui le concerne, poursuivra les efforts de recrutement aussi bien de magistrats que de greffiers et s’emploiera à renforcer les moyens de vos juridictions, bien entendu dans la mesure de l’étendue des ressources mises à sa disposition" a-t-il déclaré.
 
Ismaïla Madior Fall réagissait à un plaidoyer du Premier président de la Cour d’appel de Thiès, Henri Grégoire Diop, pour plus de personnels et de moyens financiers, matériels et logistiques au niveau des juridictions.
 
Le garde des Sceaux s’exprimait ainsi lors de la conférence annuelle des chefs de juridiction qu’il a qualifiée d’une "belle tradition".
 
La rencontre annuelle "offre un cadre idéal d’échange aux chefs de juridiction pour réfléchir sur les défis qui interpellent le service public de la justice, dans le strict respect de l’indépendance des magistrats du siège" a souligné le ministre de la Justice.
 
Qui fait noter que le choix du thème de cette année : "Les nullités de procédure en matière criminelle" découle "d’orientations aux couleurs de notre nouvelle politique pénale". 
 
Il s’agit d’une "volonté de lutter contre la surpopulation carcérale et les longues détentions avant jugement, mais aussi c’est un souci de célérité et de simplification de la procédure en matière criminelle", a-t-il précisé. 
 
Le garde des Sceaux a également indiqué que "c’est devant la récurrence des annulations de procédures criminelles que le Centre de Formation judiciaire a entrepris d’organiser au siège de chacune des cinq Cours d’appel un cycle de séminaires".
 
Lesquelles ont, a-t-il dit, "permis de recenser les différentes causes d’annulation, de poser un diagnostic de la situation et de proposer des solutions".
 
Et le principal enseignement qui en ressort est que "la plupart des causes d’annulation résultent de la phase d’instruction qui est l’œuvre du juge d’instruction" a avancé Ismaïla Madior Fall. 
 
"C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles, les magistrats instructeurs ont été pour la première fois conviés à cette conférence des chefs de juridictions", a-t-il fait savoir.
 
Le constitutionnaliste fait noter qu’"à l’analyse de l’approche méthodologique, il est donné de comprendre que cette conférence contribuera au renforcement des capacités des magistrats appelés à connaître des procédures criminelles afin de prévenir les nullités".
 

MK/PON