Plaidoyer pour la signature du décret d’application de la loi portant création de l’ONES
APS
SENEGAL-JUSTICE

Plaidoyer pour la signature du décret d’application de la loi portant création de l’ONES

Dakar, 27 fév (APS) – Le président de la section fiscale de l’Ordre national des experts du Sénégal (ONES), Maître Saliou Dièye, a plaidé, jeudi, pour la signature du décret d’application de la loi portant création de l’ordre national des experts du Sénégal.

’’Nous sollicitons encore de monsieur le président de la République, la signature du décret d’application de la loi N°2017-16 du 17 février 2017 portant création de l’Ordre National des Experts du Sénégal’’, a-t-il déclaré, relevant que l’absence de ce décret ’’constitue un véritable handicap pour le déroulement normal des activités de l’ONES’’.

Maître Dièye également secrétaire honoraire de l’Union des ordres fiscaux de l’Afrique de l’Ouest, s’exprimait à l’occasion de la sixième conférence internationale annuelle fiscale de l’UDOFAO, organisée à Dakar, sur le thème de ‘’La mobilisation des recettes fiscales intérieures dans les pays de la CEDEAO : défis et perspectives’’.

Il s’agit, selon lui, d’un thème ‘’crucial, pertinent et actuel’’, dans la mesure où les pays de la CEDEAO sont confrontés depuis plusieurs décennies à de nombreux défis structurels liés aux déficits de ressources fiscales capables de faire face aux nombreuses dépenses publiques.

L’Union des Ordres Fiscaux de l’Afrique de l’Ouest (UDOFAO) et la Section Fiscale de l’ONES organisent, à partir de jeudi, la 6ème conférence internationale annuelle fiscale.

L’objectif de cette conférence de deux jours ’’est de sensibiliser les populations africaines au civisme fiscal en participant au financement des programmes de développement des Etats, à travers des obligations de déclaration et paiement des impôts’’, a-t-on appris d’un communiqué.

’’Chaque citoyen doit donner l’exemple en payant ses propres impôts suivant les revenus qu’il gagne. Cela permettra la réduction de l’endettement public et une meilleure prise en charge par l’Etat des préoccupations des populations’’, estiment les organisateurs dans le document.

Le choix du thème, ’’au-delà des orientations économiques des pays membres de la CEDEAO, passe en revue la réflexion sur une épineuse question’’, a pour sa part soutenu le directeur de cabinet du ministre de la justice, Souleymane Nasser Niane.

Il s’agit de voir, a-t-il dit, ’’comment concilier le difficile exercice de la réduction de l’endettement public, de l’aide au développement et l’accroissement des ressources intérieures sans pour autant augmenter exagérément le taux de la pression fiscale’’.

Selon lui, cette question ‘’interpelle aussi les citoyens sur le civisme fiscal et les invite à participer davantage au financement du développement et à l’émergence de notre pays’’.

A l’en croire, c’est ’’’fort conscient des enjeux’’ de développement et soucieux du financement du Plan Sénégal émergent (PSE), ’’gage de son succès’’, que le gouvernement du Sénégal a, en 2019, pris une série de mesures, telles que la prise en compte de la structuration des PME’’, ou encore, l’’’élargissement de l’assiette fiscale avec l’introduction du Prélèvement de Conformité Fiscale (PCF).

Il a par ailleurs indiqué que l’’’expertise qui consiste, en effet, pour le technicien versé dans la connaissance d’une conscience, d’un art ou d’un métier, à établir des rapports et à donner des avis, conseils et consultations sur des questions relevant de sa spécialité ou en découlant, est très usité tant dans le domaine de la distribution de la justice, pour le règlement des litiges, que pour la prise de décisions par les autorités publiques et les entreprises’’.

’’Je reste convaincu que s’agissant des perspectives, le gouvernement du Sénégal est disposé à prêter une attention toute particulière aux conclusions et recommandations issues de vos travaux, au mieux des intérêts de la profession d’expert et de la nation’’, a-t-il ainsi déclaré à l’assistance.

 

MK/OID/AKS