Me Sidiki Kaba
APS
SENEGAL-JUSTICE-SOCIAL-REACTIONS

Me Sidiki Kaba "disponible" pour un dialogue avec le SYTJUST


Saly-Portudal (Mbour), 7 août (APS) - Le garde des Sceaux, ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba, a dit samedi sa disponibilité à dialoguer avec le personnel judiciaire et le Syndicat des travailleurs de la justice (SYTJUST) en particulier.
 
Le SYTJUST avait décrété en début de semaine un mot d’ordre de grève de 27h, avec des revendications portant notamment sur l’amélioration de leurs conditions de travail.
 
"Le bureau du ministre de la Justice est ouvert. J’ai toujours prôné un dialogue social avec comme méthode, outre le dialogue, la rencontre, la mise sur la table les questions qui nous concernent" en vue de "trouver les meilleures voies", a déclaré Me Sidiki Kaba.
 
Il s’entretenait avec des journalistes, en marge de l’assemblée générale de l’Union des magistrats du Sénégal (UMS), tenue à Mbour, sur le thème "Justice de développement : le juge, acteur de développement".
 
"Je reste disponible et je discuterai avec le SYTJUST avec le même esprit et la même volonté de trouver les meilleures solutions au bon fonctionnement de la justice, parce que c’est cela qui me paraît important pour que les Sénégalais puissent, continuellement, bénéficier des services de qualité avec une justice qui fonctionne régulièrement", a-t-il dit.
 
Aux membres du SYTGUST qui lui reprochent d’avoir négligé leur plateforme revendicative, le garde des Sceaux dit ne pas vouloir "verser dans la polémique", affirmant être dans les dispositions de répondre à tout débat qui est posé avec l’esprit qui est le sien, à savoir la volonté d’arriver à un consensus, les problèmes de la justice étant des "problèmes plus sérieux".
 
Dans "tous les Etats du monde où il y a eu une absence de justice et d’Etat de droit, ce sont des Etats qui ont fait faillite et ça ouvre la porte des violations des droits, des crises politiques et des conflits, donc, une rupture de paix. Nous voulons l’éviter à notre pays", a fait valoir Me Sidiki Kaba.
 
D’où selon lui la nécessité de "défendre les fondements de l’Etat de droit que sont les magistrats, les acteurs judiciaires et tous ceux qui tournent autour devraient pouvoir être consolidés dans leur travail, pour que la justice sénégalaise puisse être un rempart pour la stabilité du Sénégal".
 
"Déjà, on nous envie notre stabilité politique et démocratique. Cela n’est possible lorsqu’il y a une justice indépendante et impartiale, mais adossée à un Etat de droit’’, a indiqué le ministre de la Justice.
 
ADE/BK