Les juridictions constitutionnelles appelées à privilégier le dialogue et la concertation
APS
SENEGAL-AFRIQUE-JUSTICE

Les juridictions constitutionnelles appelées à privilégier le dialogue et la concertation

Dakar, 17 Juin (APS) - Le président du Conseil constitutionnel sénégalais, Papa Oumar Sakho, a souligné, jeudi à Dakar, la nécessité pour les juridictions constitutionnelles ouest africaines de privilégier le dialogue et la concertation en vue d’une meilleure protection de l’ordre constitutionnel.
 
Il intervenait à l’ouverture de la deuxième réunion des Cours et Conseils constitutionnels d’Afrique de l’Ouest sur le thème "Regards croisés sur la justice constitutionnelle".
 
Cette encontre de deux jours, organisée en partenariat avec la fondation Konrad Adenauer, a enregistré la présence de son directeur, Ingo Badoreck, du ministre d’Etat auprès du président de la République et ancien garde des Sceaux, Ismaïla Madior Fall.
 
Étaient aussi présents : le Vice-président du Conseil constitutionnel du Sénégal, Ndiaw Diouf, des universitaires ainsi qu’une dizaine de présidents des Cours et Conseils constitutionnels et des membres de la Cour de justice de l’UEMOA.
 
"Ce colloque se veut d’être un moment privilégié de dialogue entre les juridictions constitutionnelles de l’Afrique de l’Ouest en vue de la protection de l’ordre constitutionnel", a indiqué Papa Oumar Sakho.
 
"En développant cette coopération professionnelle, nous contribuerons à ce mouvement porteur d’avenir et d’espoir qui est la convergence des modèles de justices constitutionnelles des Etats d’Afrique de l’Ouest", a soutenu le président du Conseil constitutionnel du Sénégal.
 
Selon lui, "cette coopération s’impose entre les juridictions constitutionnelles, elles-mêmes et entre les juridictions communautaires".
 
Ces juridictions constitutionnelles qui sont sous le même espace d’intégration régionale doivent avancer d’un même pas face aux mêmes défis, a rappelé le magistrat sénégalais, ajoutant qu’"elles ne peuvent pas s’ignorer".
 
Il a souligné que l’approfondissement des échanges entre les ordres juridiques (africains) constitue, en effet, une réalité de notre temps
 
Le ministre d’Etat auprès du président de la République, Ismaïla Madior Fall s’est prononcé, pour sa part, sur le dynamisme d’ouverture noté du Conseil constitutionnel à se faire connaître par son environnement, par son public et par ses justiciables.
 
L’ancien ministre de la Justice a magnifié la disposition du Conseil constitutionnel à organiser des colloques sur la justice constitutionnelle au Sénégal et en Afrique.
 
Il est revenu sur le partenariat entre le Conseil constitutionnel et la fondation Konrad Adenauer qui est également entrée en partenariat avec l’association sénégalaise de droit constitutionnel de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.
 
Durant ces deux jours de colloque, les praticiens du droit constitutionnel ont prévu de lancer des discussions en table ronde qui porteront entre autres : sur le contrôle de constitutionnalité ; la protection de l’ordre constitutionnel, mission du juge constitutionnel ; le contentieux électoral et le rôle du juge constitutionnel en matière de protection des droits fondamentaux.

AN/ASB/AKS