Le TGI de Kédougou pour une
APS
SENEGAL-JUSTICE-INSTALLATION

Le TGI de Kédougou pour une "sécurité judiciaire" des populations (ministre)

Kédougou, 14 août (APS) - Le Tribunal de grande instance (TGI) de Kédougou va assurer la "sécurité juridique et judiciaire" des personnes et des biens et rapprocher la justice des usagers de la localité, a dit, lundi à Kédougou le garde des Sceaux, ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall.
 
 
"Aujourd’hui, après l’installation de la juridiction, les Kédovins n’auront plus à parcourir 233 kilomètres pour répondre à une convocation du juge, se procurer un casier judiciaire, ou suivre une procédure de la compétence du tribunal de grande instance", a-t-il dit.
 
S’exprimant après l’installation du Tribunal de grande instance de Kédougou et du Tribunal d’instance de Saraya, Ismaïla Madior Fall a précisé que ces juridictions "prennent leur pleine et entière place, sur la carte judiciaire du Sénégal".
 
"L’augmentation du contentieux judiciaire, corollaire de l’expansion économique et de l’émergence de la région, combinée à l’éloignement du tribunal de grande instance de Tambacounda, rendaient très difficile l’accès de la justice au justiciable", a-t-il constaté.
 
Le garde des Sceaux a assuré qu’avec l’installation de ces tribunaux, l’Etat du Sénégal réalise "encore un pas important dans le sens de réformer et de moderniser l’institution judiciaire".
 
L’Etat a, à cet effet, déjà installé le Tribunal de commerce hors classe de Dakar et les Tribunaux de Grande instance de Pikine-Guédiawaye et de Mbour, du Tribunal d’instance de Koungheul, a rappelé Ismaïla Madior Fall.
 
"Le droit à la justice revêt en effet, un caractère fondamental dans un Etat de droit moderne. Son effectivité exige cependant que l’institution judiciaire soit accessible à tous les citoyens", a-t-il dit.
 
Selon le ministre de la Justice, "l’émergence de tout un peuple, de toute une nation, doit en conséquence aller au-delà d’une vision partisane ou sectorielle".
 
S’adressant aux populations de la localité, il a soutenu que leur forte présence à l’installation des tribunaux montre "la nécessité impérieuse qu’il y avait à créer un Tribunal dans cette ville frontière et carrefour".
 
"Ce tribunal est le vôtre. Vous l’avez réclamé et l’Etat vous a entendu. Il vous appartient désormais, à travers votre collaboration avec les autorités judiciaires mais aussi avec les auxiliaires de justice de vous l’approprier entièrement", a-t-il dit.

Au terme de l’installation de ces juridictions, le ministre de la Justice a visité la maison d’arrêt de Kédougou où, selon lui, les détenus sont dans "de bonnes conditions".
 
"Cette prison à une capacité d’accueil de 100 détenus, ils sont au nombre de 80. Ils disent être dans de bonnes conditions, mais réclament à bénéficier davantage de grâce", a dit Ismaïla Madior Fall. 
 

SK/PON