Le CREDIJ en voie de redynamisation avec un nouveau plan stratégique
APS
SENEGAL-JUSTICE

Le CREDIJ en voie de redynamisation avec un nouveau plan stratégique

Dakar, 26 mars (APS) – Le Centre pour le renforcement de l’Etat de droit et des institutions judicaires (CRDJI) est dans une voie de redynamisation avec l’élaboration d’un nouveau plan stratégique pour pouvoir faire face aux nouvelles problématiques émergentes notamment la cybercriminalité, le terrorisme ou encore les flux financiers illicites, entre autres.
 
Il s’agit à travers ce plan de prendre en charge ces questions au niveau du CREDIJ par la recherche, la vulgarisation, de faire la sensibilisation sur ces problématiques pour que tous les acteurs soient au même niveau d’information, a expliqué, mardi, le ministre de la Justice.
 
’’Le centre a été mis en place, il fonctionne mais il est question de le redynamiser et de le repositionner dans le traitement de ces problématiques’’, a relevé Ismaïla Madior Fall, lors de l’atelier de planification stratégique du centre.
 
Selon lui, ’’il est question réfléchir ensemble pour définir un plan stratégique afin de vulgariser ces questions pour encourager la recherche sur ces questions mais également traiter avec tous les acteurs de la justice ces questions et d’avoir une compréhension commune et des axes stratégiques pour mieux les prendre en charge’’.
 
Parmi ces thèmes de réflexion, il a cité la cybercriminalité, le contentieux extractif lié à l’exploitation du pétrole, du gaz, la gouvernance des réseaux sociaux, les flux financiers illicites, le terrorisme entre autres pour recueillir les contributions de tous les acteurs impliqués. 
 
Pour le Garde des Sceaux, l’Etat de droit s’appuie sur deux leviers : l’éducation et la sensibilisation avant la répression.

Dans son intervention le nouveau coordonnateur du centre, Hamid Ndiaye a rappelé que la structure a été créée à l’occasion d’une rencontre internationale co-organisée par le Sénégal et le Qatar.

Elle portait sur les problématiques émergentes notamment la lutte contre la corruption, les flux financiers illicites, le terrorisme, la cybercriminalité et la gouvernance des ressources naturelles
 
’’Ce sont des problèmes auxquels la justice est confrontés, il n’est pas pas simplement question de modifier les législations notamment la législation pénale et de réprimer, mais d’identifier des actions, des activités pour les combattre’’, a t –il souligné.
 
Le Centre pour le Renforcement de l’Etat de Droit et les Institutions Judiciaires (CREDIJ) est né d’un partenariat entre le Gouvernement de la République du Sénégal et le ’’Rule of Law and Anti-corruption Cente’’ de Doha au Qatar, a t -il précisé. 
 
Placé sous la tutelle du ministère de la Justice du Sénégal, le CREDIJ accorde ’’une place fondamentale à la primauté de l’Etat de droit et au renforcement des institutions judiciaires pour assurer une meilleure garantie des droits et libertés du citoyen’’, selon son coordonnateur. 
 

ADL/OID