Un magistrat parle du ‘’saut qualitatif’’ à faire par les chefs de parquet
APS
SENEGAL-JUSTICE

Un magistrat parle du ‘’saut qualitatif’’ à faire par les chefs de parquet

Dakar, 23 déc (APS) – Le magistrat Youssoupha Diallo invite les chefs de parquet du Sénégal à abandonner leur ‘’posture passive’’ et à faire ‘’le saut qualitatif’’ qu’exige aujourd’hui l’exercice de leurs fonctions.
 
‘’La perception que l’opinion a du parquet doit être prise en compte. Il doit jouer un rôle plus actif et non se limiter à une posture passive’’, a conseillé M. Diallo à ses collègues, samedi, à Dakar, lors d’une cérémonie de présentation de son livre ‘’Le procureur de la République : la pratique du parquet" (552 pages), publié par L’Harmattan-Sénégal.
 
‘’L’indépendance du parquet ne doit plus être considérée comme un simple slogan, mais une exigence de l’Etat de droit. Un saut qualitatif s’impose’’ chez les chefs de parquet, a déclaré M. Diallo, substitut général près la cour d’appel de Dakar, ancien procureur de la République des tribunaux de grande instance de Diourbel (centre) et de Ziguinchor (sud).
 
La cérémonie de dédicace de son livre a eu lieu en présence de plusieurs personnalités du secteur de la justice, dont le garde des Sceaux, ministre de la Justice, Ismaila Madior Fall, le bâtonnier de Dakar, Mbaye Guèye, et le procureur général près la cour d’appel de Dakar, Lassana Diaby Siby.
 
Youssoupha Diallo, ancien procureur général adjoint du parquet général près les Chambres africaines extraordinaires, la juridiction sénégalaise qui a jugé l’ancien président tchadien Hissène Habré, a fait l’historique du parquet et a souligné la nécessité de l’adapter au contexte actuel.
 
Il s’est évertué à expliquer au public les tâches du ministère public, à savoir le traitement des procédures pénales, la pratique du parquet, l’identification et le statut des magistrats du parquet. Aussi évoque-t-il l’environnement socioprofessionnel du procureur de la République et d’autres questions relatives au travail des chefs de parquet.
 
‘’C’est un instrument de mesure, un baromètre du travail de la justice. Il parle des pouvoirs (…) du procureur, de l’usage qu’il en fait, la façon dont il use de ses pouvoirs’’, a expliqué le garde des Sceaux, parlant du livre de M. Diallo.
 
C’est un ouvrage ‘’de très haute facture’’, rédigé dans un style ‘’dépouillé’’, avec ‘’d’intéressantes références législatives, réglementaires, doctrinales et jurisprudentielles’’, a souligné l’auteur de la préface du livre, Cheikh Ahmed Tidiane Coulibaly, procureur général près la Cour suprême.


FKS/ESF