APS
SENEGAL-POLITIQUE-JUSTICE

"Il y a rien dans le dossier de Khalifa Sall et Cie", répètent les avocats de l’édile

Dakar, 22 fév (APS) - Les avocats du maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, ont réitéré jeudi leur demande d’une relaxe pure et simple de leur client au troisième et dernier jour des plaidoiries de la défense, qui annoncent le dernier virage du procès pour malversations présumées de l’édile de la capitale sénégalaise.

"Il n y a rien dans ce dossier", a plaidé Me Doudou Ndoye, l’un des avocats de Khalifa Sall, jugé pour des malversations présumées de l’ordre de 1,8 milliard de francs CFA, dans le cadre de l’affaire dire de la ’’caisse d’avance’’ de la mairie de Dakar. 
 
"Tout le monde doit être relâché, on ne peut du côté du ministère public demander la relaxe pour le percepteurs municipaux et vouloir condamner tous les autres prévenus", a dit Me Ndoye.
 
"Qui peut soutenir que notre client a participé à l’élaboration des factures du GIE Taabar ? La caisse d’avance, c’est Mbaye Touré (le gérant) qui doit la justifier’’, a avancé l’avocat, avant d’ajouter : "Si vous relaxez les percepteurs municipaux, tous les autres doivent l’être également en termes de droit".
 
Selon Me Doudou Ndoye, "dans l’arrêté de 2003 de création de la caisse d’avance, il est dit que c’est le gérant qui doit justifier l’argent de cette caisse. On ne peut pas aller au-delà". 
 
"Le maire n’a rien à se reprocher, en 2009, il est venu à la mairie et a continué à travailler dans le même système qu’il a trouvé sur place", a fait valoir Me Ndoye, rejetant ainsi la constitution de l’Etat du Sénégal comme partie civile.
 
"Les collectivités locales s’administrent librement selon le code des collectivités. Les 1, 8 milliard de FCFA reprochés aux prévenus ne se trouvent pas sur le dossier, puisque l’Inspection générale d’Etat n’a pas pu vérifier les pièces de 2011 à 2013, visés dans cette procédure", a relevé l’avocat.
 
Me Borso Pouye, un autre avocat de Khalifa Sall, a abondé dans le même sens, estimant qu’il "n y’a aucune intention frauduleuse dans ce dossier. Si le faux tombe, tout le dossier tombe. On ne peut pas établir une quelconque culpabilité dans cette affaire", a-t-il conclu. 
 

SKS/BK/PON