Casse d’une station d’essence à Thiès : 3 mois avec sursis  pour 2 prévenus, 4 autres relaxés
APS
SENEGAL-JUSTICE-DECISION

Casse d’une station d’essence à Thiès : 3 mois avec sursis pour 2 prévenus, 4 autres relaxés

Thiès, 6 mars (APS) - Le tribunal de grande instance de Thiès a condamné mercredi deux prévenus à trois mois de prison avec sursis et relaxé quatre autres dans l’affaire de la casse d’une station d’essence survenue après la proclamation des résultats provisoires de l’élection présidentielle, a constaté l’APS.
 
Thierno François Camara, agent à la mairie de Thiès ouest et membre de la commission d’organisation et de communication du parti Rewmi, et l’étudiant de l’UCAD, Amadou Mansour Mbaye, à la tête d’un mouvement de sympathisants de cette formation politique ont été reconnus coupables de participation à une manifestation illicite ayant conduit à la destruction d’intérêts privés. 
 
Jeudi dernier, suite à la proclamation des résultats provisoires de la présidentielle du 24 février, des individus en colère avaient pris à partie une station d’essence Total, située non loin du centre-ville de Thiès, cassant notamment des vitres à coups de pierre. Sept jeunes, dont deux mineurs, avaient été arrêtés le même jour et une huitième personne, le lundi. 
 
A la barre, les six prévenus qui ont comparu ce mercredi ont tous nié avoir été sur les lieux de la casse, à l’exception de Thierno François Camara qui a finalement reconnu qu’il était à côté de la station, mais dans le but de ‘’calmer’’ les jeunes. 
 
Mais c’est après qu’il s’est vu signifier par l’avocat général qu’il a été vu sur une vidéo tenant des pierres dans les mains, et que la police lui a fait visionner, qu’il a enfin admis qu’il était sur place. 
 
Quant à Amadou Mansour Mbaye, il a raconté que c’est en sortant du cyber-campus, faisant office de permanence de Rewmi qu’il a été interpellé par les policiers. Il a soutenu qu’il venait du marché central situé non loin de là, où il avait amené son téléphone portable en réparation. 
 
Les autres prévenus Mor Fall, commerçant au marché central, Abdou Niang, Cheikh Touré et Amadou Moctar Thiam ont indiqué à la barre avoir été arrêtés loin des lieux de la commission des faits, entre 16 heures et minuit. Arrêté à minuit, Mor Fall déclare qu’il pensait que c’était pour défaut de pièce d’identité qu’il avait été alpagué.
 
 Le collégien Amadou Moctar Thiam a indiqué que c’est à la sortie de l’école vers 16 heures et sur le chemin du retour à la maison, que les policiers l’ont pris. ‘’Nous sommes dans un état de droit, on ne peut pas s’attaquer à des intérêts privés parce qu’on est mécontent’’, a sermonné l’avocat général. A l’endroit des jeunes, il a lancé : ‘’Ceux pour qui vous avez fait cela, ne sont même pas là, et n’ont même pas voulu introduire un recours’’. 
 
Estimant que ce sont des ‘’délinquants primaires’’ et que ‘’le peu de temps qu’ils ont passé en prison leur a certainement servi de leçon’’, il a requis une ‘’peine de prison assortie de sursis’’. 
 
Le pools d’avocats conduit par Me Cheikh Tidiane Mbodji a surtout axé sa défense sur l’insuffisance de preuve et sur la nécessité d’un apaisement dans la situation politique actuelle du pays. Pour Me Mbodj, il y a un ‘’sérieux problème d’imputabilité’’ dans ce dossier. Le délit de participation au sens de présence sur les lieux, pose problème, étant donné qu’une bonne partie des jeunes a été arrêtée loin du site en question, a-t-il fait observer. 
 
Il a invité le juge à ‘’jouer sa partition’’ dans une ‘’phase d’apaisement et de décrispation’’ où ‘’le premier magistrat [le Président de la République] a appelé à la réconciliation, à la concorde et au travail’’. 
 
Me Magloire Ayi a, dans sa plaidoirie, demandé la relaxe des six prévenus, y compris Thierno François Camara, qui pour lui, peut être cru, quand il dit qu’il avait arraché les cailloux qu’il tenait, à une lycéenne. Il a appelé le tribunal à tenir compte du service qu’il rend à sa commune et de l’absence de ‘’dangerosité sociale’’ de M. Camara qui n’a jamais eu maille à partir avec la justice. 
 
‘’En droit, est-ce qu’une vidéo filmée et non visionnée en audience peut constituer une preuve ?’’, s’est interrogé pour sa part Me Alioune Sène. 
 
Le tribunal a finalement retenu la peine de trois mois avec sursis contre Thierno François Camara et Amadou Mansour Mbaye, relaxant les quatre autres prévenus. Le maire de Thiès ouest Aliou Sow, membre du parti Rewmi, a relevé que le ‘’droit a été dit’’, au vu des faits qui ont été jugés par le tribunal. Quant à Me Mbodji, il a noté que c’est une ‘’bonne décision’’. 
 
Les deux mineurs arrêtés dans le cadre de cette affaire, n’ont pas comparu et devront être jugés jeudi.

ADI/ASG