Pr Bathily insiste sur la réhabilitation de l’identité africaine et l’affirmation de l’indépendance du continent africain
APS
SENEGAL-MONDE-SOCIETE

Pr Bathily insiste sur la réhabilitation de l’identité africaine et l’affirmation de l’indépendance du continent africain

Dakar, 9 juin (APS) – La réhabilitation de l’identité africaine et l’affirmation de l’indépendance politique, économique du continent africain pourraient avoir ‘’des répercussions’’ sur l’image globale de l’Afrique, de l’Africain et des Noirs dans le monde, a estimé Pr Abdoulaye Bathily.
 
’’En réhabilitant l’identité africaine, en affirmant l’indépendance politique, économique du continent africain, ça participe de la bonification de l’image du continent africain. Et par conséquent, cela aura des répercussions sur l’image globale de l’Afrique, de l’Africain et des Noirs dans le monde’’, a dit l’historien sénégalais, mardi, sur RFI.
 
Interrogé sur la mort de George Floyd, Bathily a dit que ses ‘’pensées’’ vont à cet homme de 46 ans, ‘’à sa famille, et à travers eux, à toute la communauté afro-américaine et à tout le monde noir, parce que le crime dont il a été victime est symbolique d’une tragédie qui dépasse la famille de George Floyd’’.
 
Au sujet des réactions, Abdoulaye Bathily a relevé qu’en Afrique, seuls des organisations de la société civile et des militants des Droits de l’homme ainsi que le président du Ghana Nana Akufo-Addo et le président de la Commission de l’Union Africaine (UA) le tchadien Moussa Faki Mahamat, ont jusque-là, dénoncé la mort de George Floyd, qui selon lui relève du racisme pratiqué aux Etats Unis depuis le temps de l’esclavage.
 
Les leaders africains doivent fondamentalement se rendre compte de leur devoir à l’égard de leur propre population, mais aussi un autre à l’endroit des populations d’origine africaine, ‘’toutes victimes de cette tragédie de l’esclavage et de ses séquelles, le racisme systémique’’, a soutenu l’historien, ancien ministre sénégalais.
 
’’Il est fondamental aujourd’hui que les leaders africains se rendent compte qu’ils ont un double devoir : un devoir à l’égard de leur propre population, mais aussi un devoir à l’égard des populations d’origine africaine qui ont été toutes victimes de cette tragédie de l’esclavage et de ses séquelles, le racisme systémique’’, a-t-il déclaré.
 
Il a expliqué ce silence de plusieurs leaders africains sur le vaste mouvement de dénonciation des pratiques racistes en cours dans les pays occidentaux notamment, par les conditions des libertés démocratiques et leur crainte de la contagion de manifestations populaires.
 
‘’Eh bien, les conditions des libertés démocratiques sont telles que très souvent, dans beaucoup de pays africains, les manifestations ne sont pas possibles, parce qu’il y a aussi une crainte de la contagion de manifestations populaires’’, a-t-il souligné. 
 
’’Et naturellement, il y a aussi le fait que beaucoup de ces régimes cherchent l’appui des puissances américaine et européennes’’, a-t-il ajouté.
 
Abdoulaye Bathily fait le constat d’’’un recul démocratique’’ sur le continent un peu partout.
 
‘’Ce recul se traduit par l’autoritarisme, la répression et tout cela avec l’appui des forces de police et de sécurité. Donc, les gens pensent aussi qu’il y a des discriminations à l’interne. Si ce ne sont pas des discriminations raciales, ce sont des discriminations politiques’’, a indiqué l’Universitaire sénégalais.


SG/OID/ASB