Un officiel vante l’Acte additionnel’’ sur l’égalité de droits entre les femmes et les hommes
APS
AFRIQUE-GENRE

Un officiel vante l’Acte additionnel’’ sur l’égalité de droits entre les femmes et les hommes


Dakar, 12 juin (APS) – Le directeur de cabinet du ministère de la Femme, de la Famille et du Genre, Ciré Lô, a vanté mardi les mérites de l’Acte Additionnel relatif à l’égalité de droits entre les femmes et les hommes pour un développement durable de l’espace CEDEAO. 


C’est un dispositif juridique de promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes, a-t-il déclaré en ouvrant les travaux d’un atelier de partage et de vulgarisation sur cet acte additionnel. 

‘’En se dotant d’un tel outil, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) traduit sa conviction que l’égalité de genre est d’abord une question de principe dictée par un souci de justice et un enjeu de développement pour les Etats membres’’, a-t-il notamment souligné.
 
L’atelier est organisé par le ministère de la Femme, de la Famille et du Genre, appuyé par le Centre de la CEDEAO pour le développement du genre (CCDG), en collaboration avec les organisations de la société civile qui ont pris part à la rencontre.
 
D’après M. Lô, il s’agit de partager une plateforme d’échange entre les acteurs de l’égalité de genre pour une meilleure compréhension et appropriation de l’Acte qui, en soi, est un accélérateur de l’intégration régionale, après sa validation en janvier 2015, à Dakar et son adoption au Ghana, en mai 2015. 
 
Il a indiqué que ‘’l’adoption de cet instrument incarne la légitimité́ axée sur les peuples de la Vision 2020 de la CEDEAO et indique la priorité́ qu’accordent les dirigeants de la CEDEAO à l’égalité́ du genre et à l’autonomisation des femmes dans les schémas du processus d’intégration régionale’’.
 
Pour la directrice du CCDG, Sandra Oulate Fattoh, ‘’l’Acte additionnel’’ permet de développer des stratégies et des initiatives régionales nouvelles relatives à la promotion du genre dans l’espace ouest-africain, dans différents domaines de la vie humaine et des droits.
 
‘’La lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes s’inscrit dans un cadre plus large de promotion des droits humains et du développement durable à laquelle tous les pays membres de la CEDEAO attachent la plus grande importance’’, a-t-elle relevé.
 
Elle a invité les différents acteurs à travailler davantage à harmoniser les stratégies et mutualiser les moyens pour accélérer l’implication et la visibilité des femmes dans les politiques de développement. Et cela, "surtout dans un contexte ouest-africain sans cesse challengé par les défis économiques structurels et conjoncturels, ainsi qu’une instabilité politique et sociale’’.

LTF/ASG/OID