L’ONP note
APS
SENEGAL-SOCIETE-GENRE

L’ONP note "des progrès importants" dans l’institutionnalisation du genre

Saly-Portudal (Mbour), 4 oct (APS) – La présidente de l’Observatoire national de la parité (ONP), Fatou Kiné Diop dit avoir noté "des progrès importants" dans le domaine de l’institutionnalisation du genre au Sénégal, avec notamment la production de statistiques sectorielles désagrégées.


Fatou Kiné Diop a toutefois relevé "la faible couverture" de l’information dans les secteurs, l’inadaptation de certains indices et l’inexistence d’outils statistiques pour apprécier, en permanence, l’évolution de la parité.

La présidente de l’ONP s’exprimait mercredi à l’ouverture, à Saly-Portudal (Mbour, ouest), d’un atelier de construction et de validation de l’indice national de la parité, en présence de l’ambassadeur du Royaume d’Espagne au Sénégal, son excellence Alberto Virella.

Pour Mme Diop, la rencontre constitue "une étape importante" dans le renforcement de la disponibilité de l’information statistique de genre qui répond aux besoins des utilisateurs et des producteurs, et qui améliore le processus d’évaluation de la parité, dans un contexte marqué par la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (PSE) et de l’Acte 3 de la décentralisation.

"L’objectif de cet atelier est de contribuer au renforcement de la qualité de notre système statistique national. Ainsi, au cours des trois jours de travaux, il s’agira de mobiliser les acteurs, notamment les producteurs et autres utilisateurs de données statistiques genre nationales, de tester et de valider aussi le modèle d’indice de base qui sera proposé par le comité technique préparatoire", a-t-elle indiqué.

Il s’agira aussi de faire des recommandations "assez fortes" qui pourront permettre de développer un système national de statistique genre, a retenu Mme Diop.

Qui estime que l’indice national de la parité attendu devra permettre à l’ONP de mieux accomplir sa mission, notamment de suivre et d’évaluer le niveau d’égalité entre les hommes et les femmes dans les politiques publiques au niveau des différents secteurs d’activité.

Selon elle, la mise en place de l’ONP démontre la volonté de l’Etat du Sénégal de connaître, à tout moment, l’évolution des actions engagées pour la mise en œuvre de l’égalité des genres ainsi que des difficultés rencontrées, pour envisager, le cas échéant, les mesures correctives nécessaires.

C’est dans cette perspective, d’après Mme Diop, que "l’ONP est chargé de suivre, d’évaluer et de formuler des propositions tendant à promouvoir la parité entre les femmes et les hommes dans les politiques publiques".

"Beaucoup d’efforts ont été consentis par le Sénégal en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes, notamment avec la loi sur la fiscalité des femmes travailleuses, la loi qui permet à la femme salariée de prendre en charge son époux malade, celles sur la parité, sur la nationalité, etc.", a-t-elle relevé.

La présidente de l’ONP a fait remarquer que les changements ayant trait à la parité au Sénégal peinent à être renseignés dans un contexte où les données statistiques sont "très utiles" pour informer les pouvoirs publics sur le respect de leurs engagements au niveau national comme international et sont "nécessaires" pour informer et éclairer les décisions en matière d’égalité et d’équité de genre et d’alimenter l’évaluation de l’impact des programmes mis en œuvre.


ADE/PON