Egalité de genre : la directrice de l’équité salue l’esprit des politiques publiques
APS
SENEGAL-SOCIETE

Egalité de genre : la directrice de l’équité salue l’esprit des politiques publiques


Thiès, 5 oct (APS) - Les politiques publiques, telles que mises en œuvre au Sénégal, contribuent à un environnement ’’favorable’’ à l’équité de genre, affirme la directrice de l’équité et de l’égalité de genre, Absa Wade Ngom.
 
"Au Sénégal, les femmes et les hommes bénéficient d’un environnement favorable à l’équité, et les politiques publiques sont envisagées et réalisées de manières à garantir l’équité de genre à tous les niveaux", a-t-elle dit.
 
Mme Ngom s’entretenait avec des journalistes, jeudi à Thiès, en marge d’un atelier de vulgarisation de la Stratégie nationale pour l’équité et l’égalité de genre révisée (SNEEG2).
 
Cette rencontre visait à recueillir les contributions des différentes régions du Sénégal, afin de consolider le document final portant sur cette question, lequel est présenté comme "hautement stratégique".
 
La problématique du genre, "une question de droit humain" de nature "transversale", doit être intégrée par les ministères et institutions publiques, à partir de "deux variables fixes" (homme et femme), a indiqué Mme Wade.
 
"Il revient à chaque secteur de porter la question. Nous sommes confiants puisque actuellement, nous disposons de 21 cellules genre qui sont dans les différents ministères qui servent de mécanismes pour l’intégration du genre dans leurs interventions", a expliqué Absa Wade Ngom.
 
Elle fait valoir que la mise en place de ces cellules ministérielles témoigne de la volonté des autorités de prendre en charge la dimension genre dans le développement économique et social du Sénégal.
 
"C’est déjà un grand pas’’, sans compter que le président de la République "vient de prendre un décret qui institutionnalise l’équité et l’égalité de genre dans les secrétariats généraux des ministères", a-t-elle signalé.
 
Aux yeux de Mme Ngom, "le contexte est totalement favorable" à la prise en charge des questions d’équité et d’égalité de genre mais aussi d’autonomisation des femmes.
 
Le genre "n’est pas seulement pour les femmes", note-elle, d’autant qu’elle ambitionne de "déconstruire toutes les inégalités sociales pour qu’il y ait un développement plus juste et équitable pour l’ensemble des couches de la population sénégalaise".
 


FD/BK